En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Top 100 Employeurs : les champions de l'Environnement sont peu présents

Info flash  |    
Top 100 Employeurs : les champions de l'Environnement sont peu présents

Les jeunes diplômés français ont désigné les employeurs les plus attractifs. Le classement Universum 2018, qui vient de paraître, s'appuie sur les réponses de 21.302 étudiants en écoles de commerce et 14.786 en écoles d'ingénieurs. Issus de 154 écoles et universités, ils se sont prononcés entre septembre 2017 et février 2018.

Côté écoles de commerce, le top 100 des employeurs révèle une projection conservatrice des jeunes en termes de carrière. Il confirme pour partie l'attrait significatif de grands groupes internationaux tels que LVMH (1ère place), L'Oréal group (2e), Air France (6e), Goldman Sachs (8e), Disneyland Paris (9e), Danone (13e), Nestlé (15e), Airbus (16e) ou encore BNP Paribas (20e).

Toutefois, le classement valorise également les entreprises de la nouvelle économie. Les entreprises du numérique, notamment, suscitent l'intérêt des diplômés d'écoles de commerce. Citons Google (3e), Apple (5e), Amazon (7e) ou encore Ubisoft (21e).

Certaines entreprises du Top 100, qui auraient pourtant pu être mises à mal pour leur contribution sociétale contestée, jouissent toujours auprès des jeunes de respectabilité. Malbouffe, activités émettrices de CO2, dieselgate, obsolescence programmée, défiscalisation… la sanction des jeunes à leur encontre n'est pas très sévère. Le secteur de l'agoralimentaire, certes rétrogradé, en est un exemple.

Quant au secteur de l'Environnement, il est très peu représenté dans le top 100, malgré des entreprises d'envergure et à fort potentiel sur le marché. La mobilité durable apparaît, notamment à travers Blablacar (39e) et la SNCF (69e). À noter la présence, en bas de classement, de 2 groupes spécialisés dans l'eau et les déchets : Veolia (80e) et Suez (98e).

Le relatif désintérêt des jeunes pour l'Environnement indique la nécessité pour les entreprises du secteur à mieux faire connaître leur rayonnement international, la technicité et le potentiel de leurs activités. Cela devrait passer par des stratégies marketing plus ciblée en matière de “talent sourcing” et de pédagogie autour des métiers.

À noter l'attraction exercée par quelques énergéticiens, parfois investis dans la transition énergétique : Total (42e), ENGIE (70e) et EDF (77e).

Du côté des écoles d'ingénieurs, la reconnaissance du secteur de l'Environnement n'est pas davantage probante. En témoigne l'absence de représentant dans le top 25. Néanmoins, la technicité de la filière est mieux repérée par les jeunes ingénieurs, par rapport à leurs confrères du Commerce. C'est le cas avec Veolia (26e) et Suez (53e). De la même façon, les énergéticiens sont plutôt bien classés : EDF (7e), ENGIE (14e), Total (21e).

Partager