En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Inauguration d'un campus high-tech à Toulouse pour les salariés de l'hydraulique

Les métiers de l'hydraulique se renouvellent. À Toulouse, EDF lance un nouveau campus high-tech pour son personnel, qui conçoit et entretient les barrages du parc hydraulique français.

Article  |  Energie  |    
Inauguration d'un campus high-tech à Toulouse pour les salariés de l'hydraulique

La filière hydraulique se renouvelle. Et les formations suivent. Le 1er février, à Toulouse, EDF a inauguré un campus de 2.400 m2 destiné à ses salariés de la filière hydraulique.

La nouvelle Unité de Formation Production Ingénierie (UFPI) accompagnera les évolutions et les besoins des métiers de l'hydraulique. L'énergéticien a investi 4 millions d'euros dans le campus pour répondre à ses besoins en ressources humaines : besoin de recrutement, développement de nouvelles compétences, transmissions des savoirs entre générations.

Chaque année, 2.000 stagiaires de l'hydraulique appelés à se former

En s'installant à Toulouse, le campus se positionne à proximité des zones d'exploitation hydraulique du Sud-Ouest : le Massif Central et les Pyrénées. Chaque année, 2.000 personnes viendront suivre des formations professionnalisantes de 3 à 15 jours.

Dans le nouveau campus, les stagiaires se forment au plus près des conditions réelles d'exercice de leur métier. Le site de 2.400 m2 intègre des maquettes pédagogiques sophistiquées, qui sont de véritables répliques partielles d'usine : des lignes d'arbre verticales et horizontales • un poste HTA et HTB • des régulateurs • des salles de commande modulaires… Une salle génie civil, intègrant des maquettes de barrage, montre aux techniciens les parties à “ausculter” tout au long de la vie de l'édifice.

De la formation initiale et continue pour les techniciens et les ingénieurs

Au titre de la formation initiale, les nouveaux arrivants au sein du groupe EDF se forment à la pratique de leur métier lors de cursus spécifiques. Cela concerne les agents / techniciens d'exploitation et de maintenance, les ingénieurs et les contrôleurs.

Les techniciens apprennent à conduire une installation, à remplacer les pièces d'usure… Les ingénieurs, eux, se focalisent sur la phase de conception et re-conception des équipements en place, grâce à des maquettes 3D de simulation numérique. La formation initiale au campus se répartira en 4 sessions de 15 jours, sur 8 mois.

Côté formation continue, les salariés expérimentés des centrales hydroélectriques suivront des formations plus spécialisées. Ils consacreront 10% de leur activité à maintenir et développer les compétences nécessaires au bon fonctionnement des installations : savoir réguler une turbine, connaitre les modes de dépannage…

Des programmes dispensés avec des outils modernes

Le nouveau centre toulousain offre une grande place aux outils numériques. Des capsules vidéo en e-learning complètent les formations sur site, explique M. Lopez, chef du service formation de l'UFPI. Elles peuvent apporter des rappels de sécurité sur les risques mécaniques et électriques et le port des équipements de protection individuelle (EPI).

Les salariés d'EDF, débutants et expérimentés, sont encadrés par une équipe d'une vingtaine de formateurs. La plupart ont une expérience terrain à leur actif, et ont acquis l'habilitation "à former" dans leur domaine technique : électronique, mécanique, automatismes, électricité, génie-civil…

Désormais opérationnel, le campus a pour projet d'optimiser l'efficacité des formations. Les formateurs s'allieront avec les enseignants de l'école d'ingénieurs ENSEEIHT - l'Ecole Nationale Supérieure d'Electrotechnique, d'Electronique, d'Informatique, d'Hydraulique et des Télécommunications -, pour co-construire de nouveaux modules pédagogiques. Un partenariat avec l'université Paul Sabatier de Toulouse est également envisageable, ajoute M. Lopez.

Partagez sur…