En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Le covoiturage domicile-travail, bénéficiaire des grèves dans les transports en commun ?

La recherche d'un "plan B" pour rejoindre son travail en période grève des transports incite à l'entraide et à l'inventivité. À la veille de la réforme du secteur ferroviaire, il est temps de s'intéresser au covoiturage.

Article  |  Transport  |    
Le covoiturage domicile-travail, bénéficiaire des grèves dans les transports en commun ?

En réaction au projet de réforme du secteur ferroviaire, porté par le gouvernement, les syndicats annoncent "une mobilisation innovante", pour peser plus longtemps sur le service rendu aux usagers.

Transports en commun : 36 jours de grève annoncés d'ici fin juin

Dans ce contexte, le covoiturage - 3% des déplacements domicile-travail en Île-de-France - pourrait bien être une solution nouvelle pour nombre de salariés en quête de "plan B". D'autant que la Région Île-de-France et le Syndicat des transports Île-de-France Mobilités, ont décidé d'assumer le coût du covoiturage pour les Franciliens pendant les jours de grève. Selon le calendrier prévisionnel, 36 jours de grève pourraient avoir lieu d'ici la fin du mois de juin.

La Région Île-de-France encourage la mobilité résiliente

L'opération commence le 22 mars. Les conducteurs sont invités à s'inscrire sur l'une des huit plateformes de covoiturage partenaires de l'opération : BlaBlaLines, Citygoo, Covivo, COVOIT'ICI, IDVROOM, Karos, Klaxit, Ouihop. Ils seront indemnisés des trajets effectués sur la base de 10 centimes du kilomètre.

Pour les voyageurs, le transport sera gratuit. Il suffit de s'inscrire sur le site Internet Vianavigo ou de télécharger l'application Vianavigo pour trouver la liste des trajets gratuits de covoiturage. Vianavigo redirigera alors les usagers vers le site du partenaire concerné, qui finalisera la réservation.

Un intérêt grandissant pour les solutions de covoiturage

Selon le baromètre Allianz sur la prévention routière, réalisé début 2017, 8% des français ayant le permis auto ou moto se déclaraient "intéressés" par l'usage d'une application de covoiturage domicile-travail qui propose automatiquement des covoitureurs. Cela représente 2.970.300 personnes en France, dont près de 300.000 en région parisienne. En période de grève, l'intérêt pourrait croître.

Au-delà de ce groupe prompt à modifier ses habitudes de transport, 28% des français ayant le permis auto ou moto se déclaraient "assez intéressés" par ce type d'application, soit plus de 10 millions de personnes. Elles constituent une réserve de croissance potentielle si la formule du covoiturage domicile-travail commençait à se développer…

L'offre de service progresse et pourrait convaincre les usagers

En 2015, l'étude Parc Auto de Kantar TNS indiquait que 98 % des covoitureurs domicile-travail en Île-de-France s'organisaient sans passer par une plateforme de covoiturage… C'est dire que la mise à disposition de nouveaux outils pourrait bénéficier à la pratique : plates-formes de mise en relation optimisées pour les trajets courts, multiplication des aires de covoiturage dans les territoires, incitation de la part des entreprises…

Avec 83% de conducteurs équipés d'un smartphone, selon le baromètre Allianz, il est certainement des conducteurs prêts à accueillir les passagers du train dans leur voiture. Tous types de trajets confondus (domicile-travail, loisirs, vacances…), 26% des français ayant une voiture ont déjà proposé le covoiturage, hors famille et amis, et 30% envisagent de le faire.

Rappelons que le taux de remplissage moyen des voitures qui circulent en Île-de-France n'est que de 1,3 personne, un jour de semaine. Et que la pratique du covoiturage permettrait aux conducteurs de réduire leur budget transport, de plusieurs centaines à plusieurs milliers d'euros par an, grâce au partage des coûts. Le covoiturage, bientôt à la Une ?

Partager