En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

EcoTitanium : le secteur du recyclage devient high-tech et crée de l'emploi en région

Le secteur du recyclage fournit les constructeurs aéronautiques en matières premières secondaires de haute qualité… L'usine EcoTitanium, dédiée au titane, vient d'être inaugurée dans le Puy-de-Dôme et crée des emplois qualifiés.

Article  |  Déchets  |    
EcoTitanium : le secteur du recyclage devient high-tech et crée de l'emploi en région

Avec l'inauguration de l'usine EcoTitanium à Saint‐Georges-de‐Mons (Puy-de-Dôme), le 15 septembre 2017, la filière du recyclage fait la démonstration de son rôle stratégique pour l'industrie européenne.

EcoTitanium recycle du titane pour l'industrie aéronautique

Partie prenante de la filière d'approvisionnement en titane pour l'industrie aéronautique, promue par Aubert & Duval, du Groupe ERAMET, l'usine EcoTitanium a nécessité un investissement de 48 millions d'euros. Le projet, soutenu par la Banque Européenne d'Investissement (BEI), s'est vu accordé un prêt de 30 millions d'euros, garanti par le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS).

Fidèle au concept d'économie circulaire, EcoTitanium a pour mission de recycler les chutes et copeaux de titane collectés chez les constructeurs aéronautiques et leurs sous-traitants. Une première en Europe, et de quoi créer une nouvelle voie d'approvisionnement en titane, totalement indépendante des fournisseurs américains ou russes.

Déjà une vingtaine d'emplois qualifiés sur le site de production

 
Un four plasma chez EcoTitanium Le site d'EcoTitanium intègre une technologie de pointe, le four plasma, la seule capable d'élaborer des alliages de titane fortement alliés à partir de chutes. Il permet de fondre des chutes d'alliages de titane de taille très variables (de quelques millimètres jusqu'à plusieurs dizaines de kilos), tout en assurant l'élimination des défauts inclusionnaires rédhibitoires sur les pièces en titane.
 
Le démarrage industriel d'EcoTitanium est intervenu au premier semestre 2017, avec le lancement des phases de qualification des pièces issues du titane recyclé. Cette période durera de 1 à 5 ans, selon les pièces et le niveau d'exigence exprimé par les constructeurs aéronautiques.

Le démarrage en production commencera en 2018 et la montée en régime s'étalera sur 5 ans, en fonction des durées de qualification, de l'apprentissage des nouvelles technologies et de la prise de parts de marché. À ce jour, l'usine emploie une vingtaine de personnes.

À plein régime, l'usine créera plus de 60 emplois directs

EcoTitanium sera à plein régime en 2022 et produira plusieurs milliers de tonnes de lingots d'alliages de titane chaque année. Au moins 60 emplois directs, hautement qualifiés, seront nécessaires pour assurer la production.

Parmi les postes requis pour assurer le process du recyclage, EcoTitanium aura besoin : d'opérateurs d'élaboration, en charge de la conduite des installations de production du titane • d'opérateurs mainteneurs, en charge du bon fonctionnement des équipements • de techniciens et d'agents de maîtrise, qualifiés en expertise métallurgique. Il s'agira principalement de postes de production, propres aux industries métallurgiques, que le secteur du Recyclage espère attirer.

Une activité industrielle qui renforce la métallurgie localement

De fait, l'activité générée par EcoTitanium vient renforcer le pôle de compétences métallurgiques de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et sera bénéfique au bassin d'emploi des Combrailles, situé au nord-ouest du Massif central.

Elle contribuera également à la création d'une soixantaine d'emplois indirects, chez les fournisseurs et clients de l'usine. Ces emplois concerneront principalement le transport et la collecte des déchets à recycler ou la livraison de la matière première secondaire.

En conclusion, l'usine EcoTitanium illustre la professionnalisation de la filière du recyclage, qui innove et vise l'excellence de sa production. La filière contribue à la réindustrialisation des territoires, à la création d'emplois et à l'acquisition de savoir-faire nécessaires à l'indépendance de notre économie.