En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Électrotechniciens : des opportunités d'emploi dans l'éolien pour la maintenance

Vous avez une bonne condition physique, vous n'avez pas le vertige, et vous êtes un bon électrotechnicien. Le secteur de l'éolien est fait pour vous. Jean Mannessiez, responsable RH de Nordex France, vous livre ses conseils pour réussir votre carrière.

Avis d'expert  |  Energie  |    

Dans le secteur de l'éolien, les électrotechniciens constituent une part importante de l'effectif salarié. La raison est simple : à la livraison, chaque parc génère des activités liées à l'exploitation et à la maintenance, et ce, pendant de nombreuses années. Les contrats de maintenance, par exemple, peuvent accompagner les parcs pendant une quinzaine d'années.

Techniciens de maintenance : du travail pour longtemps...

De fait, l'essor que connaît la filière de l'éolien en France crée un appel d'air pour les profils techniques d'exploitation et de maintenance. Les techniciens interviennent lors d'opérations préventives (révisions, inspections périodiques, changements de pièces d'usure…), curatives (réparations de pannes, dommages…) ou de modernisation. Ils sont essentiels au bon fonctionnement d'un parc dans la durée.

Les entreprises de l'éolien s'intéressent aux électrotechniciens

Afin de pourvoir leurs postes, les acteurs du secteur recrutent majoritairement de jeunes titulaires du BTS électrotechnique, avec ou sans spécialité, mais en phase avec la technicité des interventions et avec les outils de monitoring et de reporting.

Bien entendu, les titulaires d'un certificat BZEE ou les candidats ayant suivi un cursus spécialisé en éolien, voire même en photovoltaïque, intéressent particulièrement les recruteurs. De bons profils peuvent sortir d'écoles comme WindLAB à Amiens, Greta au Mans ou bien encore Dhuoda à Nîmes.

Contre toute attente, les profils de mécaniciens ou d'électriciens sont rarement privilégiés par les recruteurs. En revanche, des électrotechniciens expérimentés, en provenance de l'Armée, de la Marine, de l'aviation ou de l'industrie peuvent très bien faire l'affaire, après une mise à niveau.

Place aux jeunes et aux formations en alternance

Peu nombreux sur le marché de l'emploi, les techniciens de maintenance expérimentés en éolien suscitent la convoitise, c'est évident. Mais les mouvements au sein même de la filière sont assez rares. De fait, cela offre de belles perspectives pour les jeunes. Car les entreprises du secteur misent beaucoup sur la formation et l'alternance pour construire leurs équipes. Des parcours de 1 à 2 ans qui vous prédestinent à de belles années professionnelles !

Bien que les entreprises cherchent à recruter localement, au plus proche du centre de maintenance d'un parc, la mobilité géographique constitue un atout pour les candidats à l'emploi. La rapidité d'intervention sur site et les temps d'astreinte nécessitent des implantations précises. Dans tous les cas, seules les régions à fort potentiel éolien présentent des opportunités à l'emploi… c'est évident, mais certains l'oublient. Autre détail qui a son importance : le permis de conduire est obligatoire pour satisfaire aux déplacements, nombreux et fréquents.

Oui, le physique compte pour beaucoup !

Pour travailler dans l'éolien, les aptitudes physiques sont déterminantes. Il s'agit d'un métier d'extérieur très physique, qui vous expose aux intempéries, à la chaleur et au froid, dans un environnement peu amène.

Bien que la conception des éoliennes ait beaucoup évolué pour faciliter leur exploitation, par exemple avec la présence d'un élévateur de personne dans le mât, vous devrez compter avec un équipement lourd et encombrant : vos outils et vos habits professionnels, votre casque, votre harnais, une longe… Vous devrez porter, manipuler et installer des pièces parfois très lourdes. Même si les conditions d'exercice s'améliorent, n'oublions pas que dans les éoliennes les plus anciennes, vous ne couperez pas à l'ascension du mât à l'échelle !

Savoir s'entretenir et préparer l'avenir

Bien souvent, nos équipiers ont un attrait particulier pour l'entretien de leur condition physique… un atout pour durer dans son poste et une preuve de clairvoyance. Car si les évolutions de carrière dans l'éolien sont possibles, tous les techniciens de maintenance, très nombreux, ne pourront pas évoluer au sein de la filière. Il s'agit d'une problématique que les responsables RH doivent anticiper avant le vieillissement des équipes, encore jeunes aujourd'hui.

Connaître les métiers de l'éolien et faire évoluer sa carrière

Les perspectives d'évolution au sein de la filière sont néanmoins nombreuses et dépendent des compétences techniques, de la capacité à gérer des projets ou à manager une équipe des candidats.

Parmi les postes possibles, en voici quelques uns : responsable du commissioning (process de livraison-réception des parcs neufs), coordinateur de maintenance (en charge de l'anticipation et de l'allocation des ressources d'intervention pour plusieurs sites), responsable d'un centre d'exploitation ou d'une région (suivi administratif, stocks, planning, budget...), ou bien encore, expert technique en charge de la qualité et des incidents récurrents (principalement en relation avec la maison mère).

Un conseil : que ce soit pour un poste de technicien de maintenance ou pour toute autre opportunité dans la filière, mieux vaut faire la démonstration d'un très bon niveau d'anglais !

En élargissant le cercle des possibles, les compétences en électrotechnique des professionnels de l'éolien peuvent trouver des débouchés au sein de l'industrie (souvent moins physique), chez des énergéticiens exploitants de parcs éoliens (moins spécialisés), mais aussi dans le secteur du photovoltaïque, où les entreprises s'intéressent aux compétences en production et gestion d'électricité.

Rejoignez des passionnés… à 100 mètres de haut !

Le secteur de l'éolien est un univers de personnes passionnées pour les grands projets et les “belles machines”. Nous proposons une vie professionnelle “grandeur nature” et qui suscite beaucoup d'intérêt.

Mais attention, un test à l'embauche ne pardonne pas : l'aptitude au travail en hauteur ! Évoluer à plus de 100 mètres du sol, dans une éolienne qui oscille, être capable d'en redescendre par l'extérieur, seul ou avec un collègue qui requiert de l'assistance… chez Nordex, tous nos équipiers sont mis en situation avant l'embauche. À la moindre faiblesse sur ce point, les candidats sont recalés, sécurité oblige. Alors, toujours partant pour l'ascension ?

Avis d'expert proposé par Jean Mannessiez, responsable RH de Nordex France.

Partager