En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

En Isère, une ressourcerie s'agrandit et crée de l'emploi solidaire

Info flash  |  Déchets  |    
En Isère, une ressourcerie s'agrandit et crée de l'emploi solidaire

La ressourcerie l'éTRIer, qui allie recyclage et insertion professionnelle, rencontre un beau succès dans le Trièves, en Isère. Dans la commune Monestier-de-Clermont, de 1.400 habitants, cet atelier et chantier d'insertion (ACI) a inauguré de nouveaux locaux fin mars, 2 ans après son lancement. Des locaux qui vont accueillir 4 salariés supplémentaires en insertion d'ici la fin de l'année, annonce Marc Delmas, directeur de la ressourcerie.

À l'éTRIer, les 4 salariés en insertion qui travaillent actuellement, donnent une seconde vie à des objets du quotidien. Ils assurent leur collecte auprès des particuliers, à domicile ou en déchèteries, leur réparation éventuelle, et leur revente dans la boutique de la ressourcerie. Leur activité les occupe 26 heures par semaine, au SMIC horaire, pris en charge par l'Etat.

Tous les salariés aidés sont en Contrat à Durée Déterminée d'Insertion (CDDI), pour 6 mois renouvelables, dans la limite de 2 ans. Le but est de remettre le pied à l'étrier à des personnes éloignées de l'emploi, suite à des difficultés personnelles : divorce, maladie, dépression… Pour les aider dans leur vie sociale, les salariés suivent des cours particuliers, notamment en maths et informatique. Ils sont aussi accompagnés dans leur recherche d'emploi vers un emploi “classique” : entretiens personnalisés, stages d'observation en entreprise...

La ressourcerie a su s'intégrer dans le réseau local des acteurs de l'Economie Sociale et Solidaire (ESS) de l'Isère. Elle échange avec une structure de l'ESS dans le domaine des DEEE et organise des ateliers de créativité pour des personnes à mobilité réduite. Elle propose également à ses salariés en insertion des avantages spécifiques au sein d'une épicerie solidaire et d'une friperie.

Pour fonctionner, la ressourcerie a fait appel à des sources de financement tant publiques que privées. Si les CDDI sont financés par l'Etat, les 3 salariés encadrants sont auto-financés par les reventes de la ressourcerie. En 2018, le chiffre des ventes devrait atteindre 57.000 euros, pour un budget total de 180.000 euros, estime M. Delmas. Pour les autres frais de fonctionnement, 70% du budget proviennent des subventions locales : mairie, la communauté de communes, département, région.

Pour investir dans les locaux et le matériel de son atelier, la ressourcerie s'est financée via le mécénat d'entreprises. A ce jour, les fondations privées Schneider Electric, Caisse d'Epargne, EDF, Vinci, Eiffage et Tarkett ont contribué à hauteur de 200.000 euros. Un mécénat qui a permis à la ressourcerie de s'installer et d'aménager ses nouveaux locaux. De bon augure pour accueillir les futures recrues de l'éTRIer.

Partagez sur…