En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Valoriser le textile usagé crée des emplois en insertion, dans la Creuse

La collecte de vêtements se porte bien. Membre d'un réseau national qui valorise les textiles usagés, le Relais 23 est en pleine croissance. Une bonne nouvelle pour les habitants sans emploi de la Creuse.

Article  |  Déchets  |    
Valoriser le textile usagé crée des emplois en insertion, dans la Creuse

Situé à Saint-Maurice-la-Souterraine (23), depuis juin 2017, le Relais 23 est une structure d'insertion sociale qui organisera cette année la collecte de 3.000 t de textiles. Chaque particulier peut déposer dans un conteneur Relais ses textiles usagés. Ils sont ensuite conditionnés par le Relais 23 et réexpédiés vers les centres de tri du réseau, dans les départements voisins.

Déjà 14 emplois créés au Relais 23

Pour prendre en charge les textiles, le Relais 23 emploie 12 chauffeurs manutentionnaires, qui ont été embauchés en contrat d'insertion ; 5 sont désormais en CDI. Tous ont un contrat de 35 heures hebdomadaires, payées au Smic.

Chaque chauffeur parcourt 250 km par jour pour assurer les tournées de collecte auprès de 750 conteneurs du Relais, dans 8 départements. Un responsable de collecte gère le planning de la flotte de 8 camionnettes, de façon à optimiser les tournées.

Bientôt un centre de tri avec environ 20 salariés

Toutes les personnes du Relais 23 ont en commun d'avoir besoin qu'on leur “remette le pied à l'étrier”, explique Lionel Lefort, responsable du site. Chômeurs longue durée, titulaires du RSA, jeunes sortis du cadre scolaire, ou seniors victimes d'accidents de la vie… tous sont passés par Pôle Emploi, qui détermine s'ils sont éligibles au contrat d'insertion.

Prochaine étape pour le Relais 23 : investir 900.000 euros en machines (tapis roulant, presses…) et se transformer en centre de tri. Une aubaine pour l'emploi local. Lors du démarrage de l'activité de tri, début 2019, une vingtaine de personnes s'activeront autour des machines, déclare Lionel Lefort.

Une formation spécifique pour chaque métier

Au niveau national, le Relais organise pour chaque métier une formation de plusieurs semaines, dans la région des Hauts-de-France. Seul pré-requis : l'autonomie. C'est là que les prochaines recrues du Relais 23, en charge du tri, apprendront à se familiariser avec les machines et à reconnaître les matériaux, les fibres et les codes spécifiques pour identifier les textiles.

Pour l'entité creusoise, l'année 2019 sera également marquée par l'ouverture de friperies solidaires dans plusieurs villes, notamment à Chateauroux, Brive ou Limoges. Trois emplois en insertion pour chaque boutique seront à pourvoir.

Objectif : produire un isolant Made in Relais

Le Relais 23 prévoit aussi le recrutement d'un commercial. Il aura pour mission de proposer aux collectivités et artisans de la région une laine d'isolation pour les combles et les murs de bâtiment, certifiée ACERMI. Le produit - l'isolant Métisse - est fabriqué à partir de vêtements en coton, par une usine du Relais située au Nord de la France. D'ici 10 ans, le Relais 23 devrait également ouvrir une unité de production à Saint-Maurice-la-Souterraine, espère Lionel Lefort, qui ambitionne de créer de nouveaux emplois.

Preuve que déposer ses textiles usagés dans les conteneurs du Relais, c'est activer toute une économie circulaire de proximité !

Partagez sur…