En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

L. Tricot (Elanor Consulting) : "Nous recherchons avant tout des profils polyvalents"

Si les bureaux d'études ont tant de mal à recruter dans le biogaz, c'est parce qu'ils recherchent des candidats rares, aux compétences multiples. Des candidats qui auront la stratégique tâche de faire valider les projets avant l'adoption de la PPE.

Interview vidéo  |  Energie  |    

La liste des compétences recherchées chez les candidats à l'emploi dans les bureaux d'études spécialisés en méthanisation est longue. Leurs compétences doivent être techniques, commerciales, agricoles, énergétiques, agronomiques, juridiques… Cela explique les difficultés de recrutement auxquelles font face les entreprises de la filière, selon Lionel Tricot, président d'Elanor Consulting.

"La filière demande énormément de compétences distinctes et souvent, on emploie des jeunes qui n'ont pas eu le temps de se développer sur tous les aspects, explique-t-il. Cela demande de l'expérience et du temps. Et ces profils-là, on ne les trouve pas en sortie d'école."

Les bureaux d'études sont parmi les entreprises de la filière méthanisation qui recrutent le plus en ce moment, d'après Grégory Lannou, président de Biogaz Vallée. Et pour cause : ils veulent développer les projets pour les faire valider avant l'adoption du projet de programmation pluriannuel de l'énergie (PPE) prévu à l'automne. Celui-ci prévoit des conditions de financement moins favorables que les conditions actuelles.

Propos recueillis par Philippe Collet.

Partager