Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›

Dépollution : un·e chef·fe de projets SSP intervient en amont du projet et dans le suivi du chantier

Être chef·fe de projets sites et sols pollués (SSP) nécessite de l'agilité pour gagner les appels d'offres et s'adapter aux aléas des chantiers de dépollution. Luc Claramond, chez Ortec Soléo depuis six ans, nous présente son métier.

Interview vidéo  |  Aménagement  |    

Luc Claramond est chef de projets SSP au sein de Ortec Soléo, entité dépollution du groupe d'ingénierie et de travaux Ortec. L'entreprise intervient sur des chantiers de dépollution des nappes phréatiques, et plus largement des friches industrielles. À l'occasion du salon Pollutec 2023, il nous expose son parcours.

Son poste se répartit en deux temps forts. Tout d'abord, le chiffrage et la réponse aux appels d'offres, incluant la présentation des offres aux clients et la relance jusqu'à l'obtention du marché. Une fois le marché remporté, le chef de projets effectue le suivi du dossier. Il est en interface directe avec les équipes de terrain, et tout particulièrement le chef de chantier et le chargé d'affaires. En fonction de la taille du chantier, ce sont une à dix personnes qui interviennent sur le site à dépolluer.

La fonction est ouverte aux diplômé·es de niveau bac+5 et aux ingénieur·es. Une expérience de trois à cinq ans dans le domaine des sites et sols pollués est exigée. Être autonome et savoir s'adapter sont des qualités essentielles à la réussite dans ce poste. « Dans le domaine des travaux, il y a toujours des aléas, explique Luc Claramond. Il faut savoir les gérer en rassurant le client et en apportant les réponses adaptées aux équipes de terrain. » Le goût pour le travail d'équipe est essentiel. Des déplacements sont à prévoir pour visiter les sites à dépolluer et pour assister aux réunions de chantier.

Luc Claramond possède un diplôme d'ingénieur spécialisé HSE. Il a rencontré les équipes d'Ortec lors du salon Pollutec en 2016 et a ainsi décroché son stage de fin d'année. Recruté au sein de l'entreprise comme chef de chantier, il a pu acquérir la connaissance du terrain et l'expérience nécessaire pour devenir chef de projets. Cette première étape est incontournable pour lui. « C'est ce qui fait que je suis à l'aise dans mon poste », précise-t-il.

 
 
Nos marques :