Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›

DRH et managers, savez-vous accueillir les impatriés dans votre entreprise ?

Sandrine Chauvet, rédactrice en chef de paris21.tv, dresse un bilan des pratiques RH vécues par les impatriés en France. Pierre angulaire du talent sourcing des entreprises de l'Environnement, l'accueil de collaborateurs étrangers pourrait être optimisé.

Avis d'expert  |    

Les entreprises françaises qui s'internationalisent et ciblent les marchés "export" de l'eau, des déchets et du transport collectif, sont amenées à intégrer des collaborateurs étrangers au sein même de leurs équipes en France.

Les collaborateurs étrangers sont stratégiques

Identifiés lors d'une démarche de "talent sourcing" par les RH, ces profils à potentiel s'installent en France le temps d'un parcours d'intégration, ou bien de façon plus pérenne, pour bâtir une équipe multiculturelle en France.

Les premiers ont vocation à repartir pour diffuser un savoir-faire et un niveau d'exigence dans les pays ciblés. Les seconds enrichissent les équipes nationales, au siège, pour les aider à mieux embrasser les différences culturelles des marchés mondialisés.

L'accueil en France est-il à la hauteur ?

Si la démarche relève d'une méthode de développement qui a prouvé son efficacité, le regard des impatriés sur l'accueil français est riche d'enseignements et permet d'envisager certaines améliorations des pratiques RH au sein des entreprises.

C'est ce que permet de conclure l'étude "Expatriates in France : tell us about your life", réalisée par paris21.tv, la Société de Banque et d'Expansion et Paris Développement, auprès de 770 salariés ou dirigeants étrangers travaillant en France, tous secteurs d'activité confondus.

Une étude qui se révèle être un bon indicateur des pratiques des entreprises françaises, puisque 7 impatriés sur 10 sont employés dans une entreprise française. Et qui concerne une catégorie de personnel très impliquée, lorsque l'on sait que l'intérêt de la mission est la première motivation à venir en France, pour 46% des sondés.

La France est chère et complexe !

La politique RH des entreprises d'accueil comporte parfois un volet "aide à l'installation en France", bien que cela ne constitue pas la norme. Seuls 37% des impatriés sont aidés pour organiser leur déménagement. Un taux relativement faible mais supérieur aux pratiques des entreprises françaises pour leurs expatriés, qui ne sont que 22% à disposer d'une assistance (source : "Expatriés, votre vie nous intéresse...", 2013).

Alors que le coût de la vie est un facteur de difficulté pour 33% des impatriés en France, la prise en charge des frais de logement ne concerne qu'un impatrié sur deux. Parmi les heureux bénéficiaires d'une aide, 30% disposent d'une prise en charge à 75% et plus des frais de logement. Outre le loyer, 69% des sondés ont dû prendre à leur charge le dépôt de garantie, 77% l'assurance des biens et 88% les frais d'installation (téléphone, gaz, électricité, internet...).

Aider davantage pour être opérationnel plus vite

Dans l'optique de faciliter les process RH et de construire une équipe rapidement disponible et opérationnelle, il pourrait être judicieux pour les entreprises d'assister davantage les personnels étrangers. L'étude indique que 61% des impatriés ont rencontré des difficultés en matière d'obtention d'une caution locative et 61% auraient aimé obtenir un appui juridique pour décrypter le contrat de location.

Outre la complexité de l'administration française - sécurité sociale, impôts - soulignée par 79% des impatriés, d'autres étapes lors d'une installation en France peuvent s'avérer difficiles : la location d'un logement (49%), l'ouverture d'un compte bancaire (42%) et le choix d'un opérateur de téléphonie (33%).

Les services des Ressources Humaines auraient vocation à intervenir davantage dans l'implantation des collaborateurs en France, de façon pratique. Notons, par exemple, que seuls 20% des entreprises interviennent dans le choix d'une banque pour leurs impatriés. Cette assistance à l'impatriation serait la bienvenue, d'autant que 44% des impatriés indiquent souffrir de difficultés de compréhension dans la langue locale.

L'entreprise est un bon facteur d'intégration

Malgré ces manquements à un accueil pratique en France, 72% des salariés impatriés déclarent être satisfaits de l'accueil qui leur est réservé dans leur entreprise, d'une façon générale. Par ailleurs, sur les 72% d'impatriés qui sont parvenus à développer un réseau amical avec des français, l'entreprise s'est révélé être l'endroit le plus propice pour 77% d'entre eux.

Mais attention toutefois à notre comportement social... Les rapports humains en France sont décriés par 80% des sondés, les Français pouvant être perçus comme arrogants et peu conviviaux (79% des sondés). Pire, 57% des impatriés pensent que les Français n'aiment pas les étrangers. Par chance, nous avons tout de même des atouts : bon vivants (66%), sympathiques (48%) et cultivés (45%).

Avis d'expert proposé par Sandrine Chauvet, rédactrice en chef de paris21.tv

 
 
Nos marques :