En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Prospective : les 5 nouveaux métiers d'une économie sobre en ressources en 2030

Et si la transition vers une économie résiliente et sobre en ressources créait de nouveaux métiers ? Une étude de CNIM souligne la convergence des secteurs de l'énergie, des déchets et de la sécurité… avec à la clef, 5 nouveaux métiers phare en 2030.

Article  |  Déchets  |    
Prospective : les 5 nouveaux métiers d'une économie sobre en ressources en 2030

Dans un contexte mondial où la problématique de l'accès aux ressources se pose, les grandes entreprises et les collectivités vont devoir s'adapter. Car le "business as usual" est bien derrière nous… Au point où un Groupe international comme CNIM, équipementier et ensemblier de services industriels, s'est livré à un exercice de prospective.

Comment mettre en cohérence l'évolution des métiers du Groupe avec les tendances possibles du marché d'ici à 2030 ? Cette réflexion en termes de ressources humaines et de compétences, a abouti à l'émergence de 5 métiers du futur, selon CNIM.

François Darpas, Directeur RH, SI et Communication de CNIM, souligne que les mutations sont à l'œuvre dans les secteurs de l'énergie, des déchets et de la sécurité, de même que les convergences. Voici les métiers nouveaux qui permettraient à CNIM d'assurer ses missions de service auprès des grandes entreprises, des collectivités et des États…

Expert en sourcing rudologique : en 2030, le déchet sera une ressource de choix, qu'il faudra savoir identifier, récupérer et valoriser de façon optimale et sécurisée. L'expert en sourcing rudologique sera le spécialiste de cette nouvelle chaîne de valeur.

Expert en scalométrie industrielle : en 2030, les usines seront plus économes en énergie, plus propres, plus modulables. Les outils de production et les process, fortement digitalisés, s'adapteront à la demande en temps réel. Le scalométreur interviendra comme conseil pour adapter la production aux besoins tout comme à l'évolution de l'environnement urbain et réglementaire.

Écologue circulaire : en 2030, les urbains représenteront près des deux tiers de la population mondiale. Les déchets et résidus d'activité humaine seront transformés en ressources. Chef d'orchestre de la récupération énergétique, l'écologue circulaire supervisera l'ensemble des flux, depuis leur collecte à la source et leur valorisation jusqu'à leur réintégration dans la boucle vertueuse de l'économie circulaire.

Architecte micro-énergéticien : en 2030, les sources d'énergie mobilisables seront multiples et disséminées. La récupération et la redistribution de l'énergie seront affinées et sécurisées grâce à des réseaux de capteurs et des solutions de pilotage complexes. L'architecte micro-énergéticien concevra ces réseaux et saura concilier les capacités fluctuantes des sources d'énergie renouvelable avec les besoins de consommateurs devenus aussi producteurs d'énergie.

Urgentologue en projection : en 2030, les urgences environnementales ou géostratégiques surgiront plus fréquemment. Pour intervenir sur les lieux des catastrophes, les Etats comme les institutions publiques et privées déploieront des moyens logistiques complets. Dans les bases vie, l'énergie sera autoproduite et des stations de potabilisation traiteront l'eau. L'urgentologue en projection est là pour planifier des interventions en milieu lointain, visant à installer les bases vie et bases logistiques autonomes indispensables.

Si la démarche de CNIM peut paraître insolite, elle est un préalable à la gestion prévisionnelle des compétences du Groupe. Un travail d'anticipation plus que nécessaire, lorsque l'on sait que CNIM emploie 2.500 collaborateurs dans le monde. Ce travail de projection constitue également une appréciation du futur, qui peut éclairer une orientation professionnelle ou sa gestion de carrière.