Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›

Les matériaux biosourcés font leur entrée dans les formations du bâtiment

Les matériaux biosourcés vont désormais être enseignés dans les CAP Maçon. Un enjeu majeur pour la filière, amenée à mettre en oeuvre de plus en plus ce type de matériaux dans le cadre de la nouvelle réglementation environnementale.

Article  |  Bâtiment  |    
Les matériaux biosourcés font leur entrée dans les formations du bâtiment

Avec l'arrivée de la nouvelle règlementation RE 2020 au 1er janvier 2022 pour les constructions neuves, les matériaux biosourcés, stockeur de carbone, vont être particulièrement plébiscités. Ces matériaux et produits ont une partie de leurs matières premières issue du monde du vivant (biomasse végétale et animale incluant les matières recyclées). Ils couvrent aujourd'hui une large gamme de produits et trouvent de multiples applications dans le domaine du bâtiment et de la construction, en tant qu'isolants, mortiers et bétons (béton de chanvre, de bois, de lin, etc.), panneaux (particules ou fibres végétales, etc.), matériaux composites plastiques (matrices, renforts, charges) ou encore dans la chimie du bâtiment (colles, adjuvants, peintures,etc.). Leur part de marché est appelé à croître pour répondre aux ambitions du bâtiment bas-carbone. Ce qui va rendre d'autant plus nécessaire la formation de tous les corps de métiers du bâtiment à ces nouveaux produits.

Un premier pas dans ce sens a été franchi dans le monde de la maçonnerie. Le 15 mai dernier est paru au Journal officiel l'arrêté du 30 mars 2021 portant sur la révision du référentiel du CAP Maçon. Dans le cadre de la transition énergétique, celui-ci introduit la réalisation d'ouvrages en matériaux biosourcés et géo-sourcés. Les connaissances et le savoir-faire en la matière doivent être de niveau approfondi pour que le titulaire du CAP Maçon puisse intervenir seul ou en équipe, en toute autonomie dans cette tâche.

Les matériaux biosourcés sont particulièrement sensibles à l'humidité et au risque incendie. Cela concerne de très nombreux matériaux inertes, mais la composante organique rend les biosourcés plus sensibles, ce qui suppose des points de vigilance sur le séchage, le conditionnement des matériaux, etc. « Avec ce nouveau référentiel, l'Éducation nationale a répondu à une demande des professionnels du bâtiment exprimée via la Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) et la Fédération Française du Bâtiment (FFB) », souligne Jean-Luc Roulin, professeur de maçonnerie au lycée Lumière à Luxeuil-les-Bains (Haute- Saône) et président de l'association Bourgogne-Franche-Comté Chanvre. « C'est grâce à ce travail en commun avec tous les acteurs du bâtiment que ce nouveau référentiel a pu être validé. » Ce dernier a nécessité une année de travail et sera applicable dès septembre 2021.

 
 
Nos marques :