En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Un Master s'ouvre à Limoges pour former des ingénieurs africains du secteur de l'eau

Info flash  |  Eau  |    
Un Master s'ouvre à Limoges pour former des ingénieurs africains du secteur de l'eau

À la rentrée de septembre, un nouveau Master va accueillir à Limoges (87) les cadres techniques du secteur de l'eau, originaires des pays du Sud. Au titre de la formation continue, plusieurs ingénieurs étrangers monteront en compétences sur l'ingénierie de l'eau et la gestion de services. Leur mission ? Favoriser dans leur pays l'accès à l'eau potable et à l'assainissement, dans le cadre de projets d'ONG ou de groupes privés, tels que Veolia ou Suez.

Avec cette formation de niveau Bac+5, les ingénieurs bénéficieront de la reconnaissance internationale d'un diplôme effectué en France. Intitulé “Développement et Ingénierie de l'Eau” (DEVINE), le diplôme est né sous l'impulsion de l'Université de Limoges et de l'Office International de l'Eau (OIEau), précise Michel Baudu, responsable du diplôme.

Les cadres qui intègreront le Master ont un profil d'ingénieur de l'eau potable et de l'assainissement des eaux usées. Ils sont originaires d'Afrique de l'Ouest pour la plupart. À noter que la formation est également accessible pour des Français, en formation initiale, ou par Validation des Acquis de l'Expérience.

Dans ce Master, la pédagogie s'appuiera sur la mise en situation : apprentissage des gestes métiers, projets et stages encadrés... Elle fera intervenir des enseignants de la Filière Eau de l'Université de Limoges et des experts formateurs de l'OIEau, qui maîtrisent les contextes des pays en développement et émergents.

De fait, parmi les spécificités des pays du Sud, la main d'oeuvre peu qualifiée nécessite de faire appel à des technologies à faible maintenance. L'enjeu sanitaire est également primordial, dans des régions aux infrastructures publiques d'assainissement souvent insuffisantes.

Au-delà du volet technique, l'acquisition de savoir-faire en gouvernance et de gestion de projet est au coeur de la formation, poursuit Michel Baudu. Les ONG et les entreprises doivent agir de concert avec les autorités locales, et définir une facturation acceptable par la population.

Autant de défis propres au Sud qui imposent également un apprentissage sur le terrain. Après 6 mois de formation à Limoges, des stages professionnels de 4 mois se tiendront dans le pays d'origine des cadres formés.

Partagez sur…