En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Télépilotage de drone : une compétence plébiscitée dans les métiers de l'environnement

Le drone s'impose comme un précieux outil pour les métiers de l'environnement. Pour quelles applications ? Comment devenir télépilote ? Est-ce un atout sur le CV ? Réponses, avec Thierry Coffinet Aupiais, responsable du développement chez Drone Process.

Interview vidéo  |  Energie  |    

Après avoir envahi le marché des loisirs, les drones se professionnalisent. Les modèles pro intègrent des dispositifs de plus en plus sophistiqués : caméras thermiques, dispositifs d'épandage, caméras 3D… Les drones deviennent ainsi des outils précieux dans les métiers de l'environnement.

Ils permettent d'assurer la maintenance des parcs photovoltaïques de manière plus précise, sans avoir à se déplacer. Idem pour la maintenance des parcs éoliens. Dans le bâtiment, les drones sont couplés à l'usage de plus en plus répandu de la maquette numérique et utilisés pour le diagnostic de performance énergétique (DPE). Les drones aquatiques sont utilisés dans les métiers de l'eau pour en assurer le suivi de la qualité…

Pour piloter un drone de manière professionnelle, il faut avoir le titre de télépilote délivré par la Direction générale de l'aviation civile (DGAC). Pour l'obtenir, il faut suivre une formation.

Si certaines entreprises, comme Bouygues Construction, forment leurs salariés au pilotage de drone en interne, dans d'autres, être déjà formé peut être un véritable plus pour accéder à un poste.

Le pilotage de drone s'impose donc bien comme une compétence supplémentaire pour travailler dans le secteur de l'environnement. A condition de disposer également des autres compétences techniques liées au poste.

Elodie Buzaud.

Partager