En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Réseaux d'eau : place aux techniciens et ingénieurs “gestionnaires”

Avec la prise en compte accrue de l'efficacité des réseaux d'eau potable, les métiers de technicien et d'ingénieur dans la distribution d'eau ont évolué. Le point avec Jean-Luc Célérier, Chargé de Formation et d'Études à l'Office International de l'Eau.

Avis d'expert  |  Eau  |    

Les métiers en lien avec la gestion des réseaux d'eau potable évoluent, tant au niveau des techniciens que des ingénieurs. Car si les fondamentaux demeurent la pose d'une canalisation ou les principes hydrauliques et ne connaissent pas de grandes révolutions, le contexte des interventions requiert une nouvelle approche.

Passer à la logique de gestion patrimoniale des réseaux

Après des décennies de construction du réseau, où les enjeux étaient de “faire venir l'eau jusqu'à l'usager”, les collectivités sont désormais mobilisées autour de la sécurisation du réseau et de sa gestion patrimoniale.

Le contexte réglementaire y incite fortement : les collectivités territoriales sont tenues d'établir l'inventaire de leurs réseaux d'eau, et au besoin, de mettre sur pied un plan d'actions pour améliorer leur rendement.

De nouvelles compétences attendues chez les techniciens

En conséquence, le métier de “technicien des réseaux d'eau potable” dépasse la maîtrise du geste technique de l'intervention. Les intervenants de terrain sont désormais partie prenante du processus d'inventaire des ouvrages. Ils échangent avec les ingénieurs, et réalisent leurs interventions avec une connaissance exhaustive de l'infrastructure hydraulique.

Pour passer de la logique “construction” des années 80 à celle de “gestion du réseau”, les techniciens ont du comprendre cette nouvelle logique “métier” et intégrer de nouvelles compétences. Savoir utiliser un plan ou des outils SIG, savoir se représenter l'infrastructure dans son ensemble, exploiter et alimenter des bases de données informatisées, utiliser des données techniques, mettre à jour les plans après intervention… voilà concrètement ce qui change pour les professionnels du terrain.

Les ingénieurs doivent anticiper et hiérarchiser davantage

Du point de vue des ingénieurs, l'évolution des pratiques est également d'actualité. Les composantes “modélisation de l'existant” et “suivi en temps réel des performances” sont devenues déterminantes pour les décisions de gestion du réseau.

Cibler et hiérarchiser des interventions préventives, programmer des investissements de modernisation ou anticiper le renouvellement des ouvrages… voilà des missions qui prennent de plus en plus d'importance et qui illustrent ce passage d'ingénieur “constructeur” au rôle d'ingénieur “gestionnaire”.

Aujourd'hui, les ingénieurs doivent avoir un potentiel d'analyse démultiplié pour satisfaire à un nombre croissant d'exigences : qualité de l'eau irréprochable, disponibilité du service, préservation de la ressource, prise en considération du cadre urbain lors des interventions, intégration de nouvelles technologies de mesure, maîtrise des coûts… Leur mission est complexe.

Communiquer pour faire connaître un patrimoine commun

En plus de compétences techniques et de gestion, la tendance veut que les ingénieurs accompagnent également les exploitants dans leur mission de communication auprès des usagers et des élus.

Faire découvrir la complexité de l'infrastructure, favoriser son appropriation par chacun comme partie d'un patrimoine commun, faire apprécier le service et sa qualité, faire comprendre le prix du mètre cube d'eau..., voilà quelques uns des enjeux qui demandent aux ingénieurs d'être, aussi, des “communicants”.

Métiers de l'eau : propices à des carrières très riches

Mon expérience m'a montré que les métiers de la gestion des réseaux d'eau concernaient un champ de compétences particulièrement vaste, tant au niveau des techniciens que des ingénieurs. Gestion de la ressource, contrôles et traitements, hydraulique urbaine, électromécanique, nouvelles technologies, gestion budgétaire… il y a vraiment de quoi élargir son propre champ de compétences et faire évoluer sa vie professionnelle.

Au quotidien, entre des situations d'intervention chaque fois différentes, la gestion des urgences et la nécessité d'anticiper et de suivre les évolutions du secteur, les métiers de l'eau offrent un contexte très peu routinier et passionnant pour bâtir une carrière riche et dynamique.

Avis d'expert proposé par Jean-Luc Célérier, Chargé de Formation et d'Études à l'Office International de l'Eau.

Partager