Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›

De la Bretagne à la Corée du Sud, contribuer au développement de l’éolien en mer

Développer un actif éolien en mer peut prendre plusieurs années. Au sein de l’équipe Offshore Wind de TotalEnergies, Louise Authié-Raimbault œuvre à l’acceptabilité des projets, en veillant à préserver l’environnement et à maîtriser les impacts sociétaux.

Louise Authié-Raimbault Trois questions à…
Louise Authié-Raimbault,
Permitting & Consenting Manager TotalEnergies

#1. En quoi consiste le métier de Permitting & Consenting Manager de projets éoliens en mer ?

Littéralement, obtenir les autorisations permettant de passer à la phase construction des projets auprès des autorités compétentes, en lien étroit avec les parties prenantes locales. En coordination avec les équipes multipartenaire qui sont à la manoeuvre dans les projets, je veille à ce que le processus de développement se déroule conformément aux standards de TotalEnergies. Je m’assure que le projet soit le plus ambitieux possible d’un point de vue environnemental et sociétal. Je peux être amenée à alerter les équipes du projet et le siège à Paris sur des risques qui auraient été sous-estimés voire occultés. C’est une fonction de « tour de contrôle » que j’exerce sur nos différents projets éoliens fixes ou flottants en développement dans le monde : à New York, au Royaume-Uni, à Taiwan ainsi qu’en Corée du Sud.

#2. Quel a été votre parcours chez TotalEnergies ?

J’ai intégré l’équipe Business Development de l’équipe Offshore Wind en 2019 pour travailler sur l’acquisition d’un portefeuille de projets flottants en voie de développement. J’avais notamment pour responsabilité d’évaluer leur niveau de risques sur le plan environnemental et sociétal. Par la suite, j’ai pris en charge les relations avec les parties prenantes sur l’appel d’offres Bretagne Sud. Ma mission a consisté à consulter et collaborer avec les acteurs locaux afin que notre offre propose des actions et mesures à la fois respectueuses de l’environnement et créatrices de retombées positives locales.

#3. Faut-il être ingénieur ou environnementaliste pour exercer ces métiers ?

La majorité des collaborateurs de la business unit viennent d’écoles d’ingénieurs, mais certains sont passés par des masters spécialisés ou des écoles de commerce. Pour ma part, je suis diplômée de SciencesPo Paris et j’ai un master en affaires publiques, en spécialité énergie. Il n’y a donc pas de parcours type pour travailler sur les aspects environnementaux et sociétaux, si ce n’est d’être convaincu de l’importance de prendre en compte, à leur juste valeur, ces aspects dans les projets.

Pour accompagner le développement de cette activité au sein de TotalEnergies, de nouveaux postes sont ouverts régulièrement à des profils expérimentés comme débutants, en stage, alternance, VIE, etc. Notre équipe ouvrira pour sa part un poste d’Analyste Environnement en 2024.

TotalEnergies est une compagnie multi-énergies mondiale de production et de fourniture d’énergies : pétrole et biocarburants, gaz naturel et gaz verts, renouvelables et électricité. Nos 100 000 collaborateurs s'engagent pour une énergie toujours plus abordable, plus propre, plus fiable et accessible au plus grand nombre.

Partager

Alerte mail

Recevez gratuitement les offres par email

 
 
Nos marques :