En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Transition énergétique : un secteur dynamique en recherche de profils expérimentés

Réussir la transition énergétique passe par l’émergence de nouveaux profils, capables de garantir la performance des projets grâce à leur vision globale. Alexandre SEVENET, Président de Nepsen, partage sa vision du métier d’éconergéticien.

Alexandre SEVENET Trois questions à…
Alexandre SEVENET,
Président de Nepsen

Le secteur de la transition énergétique manque de profils expérimentés. Pourquoi cette pénurie ?

C’est un secteur jeune. L’évolution du génie énergétique vers la transition environnementale est récente, et peu d’acteurs la pratiquent depuis 40 ans comme Nepsen. De plus, les métiers traditionnels du génie climatique, thermique et électrique sont souvent cloisonnés. Et pourtant, le fonctionnement actuel des projets demande transversalité et polyvalence.

Pour ses missions de conseil et ingénierie en maîtrise de l’énergie, Nepsen cherche à former des éconergéticiens nécessairement multi-spécialistes : des ingénieurs qui maîtrisent les corps d’état techniques, le contexte économique et réglementaire, la gestion de projet, la communication interpersonnelle. Tout cela avec une approche en coût global environnemental. L’idée est d’avoir en main tous les leviers pour réussir la transition énergétique.

Que conseilleriez-vous à un ingénieur expérimenté pour devenir un éconergéticien engagé ?

D’abord, de maîtriser au moins une des expertises clés qui concourent à la performance énergétique : thermique, CVC, électricité, ou même économie de la construction ou conduite de travaux TCE. Ensuite, d’avoir envie de s’ouvrir aux autres domaines pour acquérir, projet après projet, le mix de compétences requis.

C’est ainsi que nos collaborateurs montent en responsabilités. Ils suivent des formations tous les six mois et travaillent sur tous types de mission, domaines de compétence et secteurs d’activité. Enfin, le savoir-être est fondamental : convictions écologiques, autonomie, initiative, solidarité, bienveillance… nous apprécions les candidats “positivement engagés”.

Et que diriez-vous à un ingénieur pour lui donner envie de vous rejoindre ?

Je reprendrais ce qui est écrit sur nos annonces. On a beaucoup travaillé avec les équipes pour se mettre d’accord sur ce qu’on peut promettre à nos futurs collaborateurs :
• vivre une culture d’entreprise basée sur la confiance, la compétence et la convivialité
• exercer un métier qui donne du sens à sa vie professionnelle en adéquation avec ses valeurs
• travailler dans une petite équipe soudée et dynamique
• progresser rapidement et saisir des opportunités grâce au développement du groupe

Mais surtout, je lui dirais : « rencontrons-nous ». Toute l’organisation de Nepsen est basée sur la relation humaine, cela commence par un premier contact “en live” !

Partagez sur…

Alerte mail

Recevez gratuitement les offres par email

S'abonner aux flux RSS Emploi-Environnement