En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Sédiments : les formations du BRGM anticipent les prochains modes de traitement

De nouvelles règles de gestion des sédiments se précisent pour favoriser la valorisation “matière”. Les acteurs du dragage doivent anticiper le futur contexte technico-réglementaire et se former, explique M. Bataillard, responsable scientifique au BRGM.

Philippe BATAILLARD, PhD. Trois questions à…
Philippe BATAILLARD, PhD.,
Responsable Scientifique du Programme « Remédiation des sites et sols pollués »

Le contexte de la gestion des sédiments continentaux évolue. A quoi faut-il s’attendre ?

Les méthodes de caractérisation des sédiments vont évoluer, sous l’effet réglementaire. La dangerosité des déblais de dragage, gérés à terre, sera évaluée au regard de l’éco-toxicité, mais également de nouveaux critères qui permettent de cerner les risques infectieux et mutagène, par exemple.

Par ailleurs, le volume de sédiments retiré des fleuves impose d’accroître leur valorisation. Aujourd’hui, les possibilités se résument à la remise en suspension dans les fleuves à forts débits ou à leur stockage en surface. Chaque année, plusieurs milliers de t. de sédiments continentaux sont stockés avec le statut de déchet, à des prix prohibitifs. Dans certaines régions, les sites de dépôt sont saturés.

La formation du BRGM sur la Gestion des sédiments s’intéresse notamment à cette évolution de la phase “diagnostic” et explore tous les débouchés pour valoriser la matière.

L’évolution annoncée des pratiques semble profonde. Quelles sont les perspectives les plus probables pour valoriser les sédiments ?

Dans le cadre de ses missions, le BRGM étudie les pistes de valorisation des sédiments, dans une logique d’économie circulaire. La recherche de valorisation à faible technicité est privilégiée : remblai urbain, technosols, agriculture... Mais, les valorisations en génie civil pour les terrassements routiers, sous forme de granulats pour le béton ou de clinker pour le ciment, sont également explorées.

Si la filière de valorisation est embryonnaire, elle innove... Nos formations aident les gestionnaires de sédiments à anticiper les solutions nouvelles : maîtrise des évolutions réglementaires et des contraintes associées…

Parmi les questions que se posent les opérateurs : l’importance de la proximité entre la zone de dragage et le site de valorisation, les propriétés mécaniques, chimiques et sanitaires des sédiments attendues par le collecteur… Il doivent désormais avoir les réponses !

Outre les formations spécialisées, comment les gestionnaires de sédiments peuvent-ils apprendre à maîtriser les nouvelles règles ?

Gestionnaires de voies d’eau, collectivités, DREAL, conseils en environnement, entreprises de travaux de dragage ou de traitement des déchets… tous les acteurs de la gestion des sédiments peuvent accéder à nos outils de gestion, tels que les guides méthodologiques.

Un guide du MTES sur la valorisation pour les aménagements routiers - murs anti-bruit, remblais de routes - devrait paraître début 2019. Il pourrait ouvrir la voie à une filière de valorisation des sédiments, au même titre que les terres excavées.

Que ce soit au travers de la formation ou d’outils méthodologiques, le BRGM accompagne les professionnels pour que les sédiments deviennent une ressource compétitive à valoriser…

Partagez sur…

Alerte mail

Recevez gratuitement les offres par email

S'abonner aux flux RSS Emploi-Environnement