Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Toutes les offres d'emploi
Cette offre n'est plus disponible

Publiée le 29/03/2021
Stagiaire Relations entre la biodiversité intraspécifique et le fonctionnement des écosystèmes H/F

Stage - 2 mois Jeune diplômé / moins de 1 an France - Occitanie - Moulis

> Le poste

Stage de 2 mois à partir de fin juin / début juillet 2021.

La Station d'Ecologie Théorique et Expérimentale (SETE, UMR 5321) est une UMR du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et de l’Université Paul Sabatier (UPS), implantée sur le site de Moulis (09200) en Ariège. L'objectif scientifique de la SETE est de faire progresser les connaissances fondamentales en écologie et en évolution tout en développant une gestion harmonieuse et durable de l'environnement. Plus particulièrement, la SETE développe depuis 2009 des travaux en écologie aquatique d’eau douce visant à comprendre i) comment les impacts anthropiques (fragmentation, invasions biologiques et utilisation des ressources) affectent la biodiversité dans ces milieux mais aussi ii) comment ces variations de biodiversité impactent le fonctionnement général de l’écosystème.

En effet, la diversité biologique (aujourd’hui menacée) permet d’assurer et de stabiliser certaines fonctions écosystémiques comme la production de biomasse, la décomposition, la photosynthèse… Pour protéger ces fonctions, il a été montré que le nombre d’espèces (biodiversité à l’échelle interspécifique) joue un rôle clef. Cependant, de plus en plus d’études tendent aujourd’hui à prouver que la richesse au sein d’une espèce (biodiversité à l’échelle intraspécifique, par exemple la diversité morphologique ou génétique) pourrait avoir un rôle aussi fort que la richesse interspécifique pour maintenir le fonctionnement de l’écosystème. Notre étude porte sur ce lien entre la biodiversité intraspécifique (au sein d’une espèce) et le fonctionnement général des écosystèmes.

Plus particulièrement, nous nous intéressons à la diversité génétique de trois espèces cibles vivant dans les écosystèmes fluviaux : le vairon (Phoxinus phoxinus), le gammare (Gammarus pulex) et l’aulne (Alnus glutinosa). Ces espèces ont été choisies car -outre leur grande abondance dans les cours d’eau du sud de la France- elles entretiennent des liens étroits, puisqu’elles interagissent au sein d’un réseau trophique : l’aulne est une source de matière organique (producteur primaire), le gammare est un décomposeur direct des feuilles d’aulne (consommateur primaire) et vit dans les grandes racines formées par les aulnes, et le vairon est un consommateur de gammares (consommateur secondaire).

Un des objectifs principaux de cette étude est de comprendre comment la diversité génétique observée au sein de chacune de ces espèces affecte les fonctions écosystémiques de production de biomasses (de vairons et de gammares), mais également le processus de dégradation de la matière organique (des feuilles d’aulnes).

Activités principales du stagiaire :

Le/la stagiaire participera au travail de terrain en vue de quantifier la biomasse chez les populations de vairons, mais également à la caractérisation des espèces végétales qui bordent la rivière.

Ainsi, il/elle aura pour missions :
- Participer au suivi des biomasses de populations de vairons dans les rivières Pyrénéennes, par le biais de pêches électriques.
- Participer à l’élaboration et l’application d’un protocole de caractérisation de la ripisylve sur les sites de pêches.
- Soutien hors période de terrain pour des missions au laboratoire : aide à la clôture d’une expérience dans les dispositifs expérimentaux (méta-aquatron), échantillonnage de vairons, tri d’invertébrés, et tri de zooplancton.

Indemnités :

Selon règlementation en vigueur, soit ~550€/mois.

Contact :

Si vous êtes intéressé(e) par cette offre de stage, veuillez envoyer CV et lettre de motivation aux deux adresses courriels suivantes : laura.fargeot@sete.cnrs.fr, simon.blanchet@sete.cnrs.fr avant le 16 avril 2021.

> Le profil recherché

Diplômes-Formation-Expérience :
- Niveau bac+2 à bac +5 en Ecologie-Biodiversité
- Expérience en stage de terrain
- Une expérience de pêche électrique en rivière serait un plus

Compétences :
- Goût pour le travail de terrain
- Dynamisme !
- Capacité d’organisation et rigueur scientifique
- Intérêt pour le travail en équipe et la vie en communauté

© Crédits photos : Laura FARGEOT, Station d’Ecologie Théorique et Expérimentale (UMR 5321, CNRS).

Cette offre n'est plus disponible

Station d’Ecologie Théorique et Expérimentale (UMR 5321, CNRS)

La Station d'Ecologie Théorique et Expérimentale (SETE, UMR 5321) est une UMR du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et de l’Université Paul Sabatier (UPS), implantée sur le site de Moulis (09200) en Ariège. L'objectif scientifique de la SETE est de faire progresser les connaissances fondamentales en écologie et en évolution tout en développant une gestion harmonieuse et durable de l'environnement.
sete-moulis-cnrs.fr

Offres d'emploi similaires

+ d'offres en Biodiversité

Se former

+ de formations en Biodiversité

la profil-thèque !

S'inscrire
 
 
Nos marques :