Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Toutes les offres d'emploi
Cette offre n'est plus disponible

Publiée le 25/11/2022
Stage "Etude sur la quantification et la répartition du bois mort échoué/flotté et sur les biocénoses associées H/F

Stage - 6 Jeune diplômé / moins de 1 an France - Grand-Est - BAINVILLE AUX MIROIRS

> Le poste

La Réserve Naturelle Régionale (RNR) de la Vallée de la Moselle (ou Moselle Sauvage) est un ensemble protégé de 380 hectares, qui s’étend entre les communes de Socourt dans les Vosges et de Bayon en Meurthe-et-Moselle. Il s’agit d’un des derniers tronçons de “rivière à lit mobile” à l’échelle du Nord-Est de la France. Le Conservatoire d’espaces naturels de Lorraine, association dont la mission est reconnue d’utilité publique, est gestionnaire de la réserve naturelle.
La Moselle Sauvage tire son originalité du fonctionnement hydromorphologique naturel de la rivière. En effet, la dynamique fluviale constitue la qualité première de cette portion de Moselle car c'est elle qui conditionne toute la richesse du secteur, caractérisée par une mosaïque de milieux d'une grande diversité floristique et faunistique. Cette réserve naturelle héberge, entre autres, une grande diversité d’insectes.
Grâce à la naturalité et au caractère divagant de la Moselle dans son tronçon classé en Réserve Naturelle, le bois flotté ou échoué est couramment observé. En effet, la présence d’embâcles dans la rivière est directement liée à l’hydromorphologie fluviale qui entraine, au niveau des zones d’érosion, l’arrachement de la végétation rivulaire. Les bois morts échoués, selon leur taille et leur positionnement, peuvent aussi contribuer à la dynamique alluviale en agissant localement sur la topographie et la morphologie du substrat (création de zones de dépôts, de mouilles). De manière exceptionnelle et en concomitance avec d’autres facteurs, ils contribuent également au remaniement des formes locales du lit, voire à la transformation des méso-formes (îles, bras, bancs…) ou à l’initiation de processus de défluviation.
Ces embâcles, en agissant sur la dynamique alluviale, participent à la diversification des habitats et des espèces liées à ces habitats.
Le bois mort en rivière est un élément clé pour la biodiversité et la vie des rivières.
Certaines biocénoses se développent spécifiquement sur ce support particulier que constitue le bois mort flotté ou échoué. Par exemple, certains coléoptères (Agnathus decoratus, certains Oedemeridae) sont strictement inféodés au bois mort immergé. Le maintien d’embâcles est donc primordial pour leur conservation.
Ces biocénoses, encore mal connues, méritent une investigation ciblée visant :
- d’une part à initier la connaissance sur ce compartiment au sein de la RNR de la Moselle sauvage et identifier d’éventuelles espèces typiques et/ou remarquables ;
- et d’autre part à évaluer l’état de conservation de cet habitat spécifique à travers les cortèges associés et faire le lien avec l’état de la dynamique alluviale sur ce secteur.
Le stage a pour objectif d’apporter de nouveaux éléments de connaissance au CEN Lorraine sur deux problématiques complémentaires :
- quantifier le bois mort tombé à l’eau ou échoué au sein de la RNR et décrire ses interactions avec les processus morphologiques sur le cours d’eau ; ces éléments permettront d’affiner la caractérisation de l’état de conservation de l’hydrosystème (selon la méthodologie définie par Réserve Naturelle de France) ;
- caractériser les biocénoses associées au bois mort flotté/échoué.

Missions du (de la) stagiaire
Encadré(e) par la conservatrice de la RNR de la Vallée de la Moselle et en interaction avec les chargés d’études scientifiques du CENL, le (la) stagiaire sera chargé(e) de:
• effectuer des recherches bibliographiques en lien avec le bois mort échoué/flotté et rédiger une synthèse bibliographique ;
• prendre contact avec des gestionnaires de vallées alluviales comparables à celle de la vallée de la Moselle (Allier, Loire…) afin de recueillir leurs propres retours d’expérience sur ce compartiment (études menées, actions de gestion…) ;
• élaborer un protocole d’étude permettant de quantifier, qualifier et localiser les bois morts flottés et échoués au sein de la RNR de la Moselle sauvage : pointage au GPS de l’ensemble des arbres, aussi bien échoués sur les grèves que fixés au milieu du lit de la rivière (repérage en canoé ou à pieds), estimation du cubage et relevés de quelques caractéristiques (impact local du bois mort sur la granulométrie et la flore, impact hydromorphologique local, lien avec flux d’eau et sédiments…) ;
Proposition de stage 2023
Etude sur la quantification et la répartition du bois mort échoué/flotté et sur les biocénoses associées, au sein de la Réserve Naturelle Régionale de la Moselle sauvage

• mettre en oeuvre, sur le terrain, le protocole validé, et en dresser un bilan ;
• évaluer l’état de conservation de la dynamique alluviale à travers le bois mort échoué/flotté et les biocénoses qui lui sont associées (méthodologie RNF) ;
• inventorier les insectes associés au bois mort flotté/échoué : prélèvement d’individus, pré-tri, éventuelle première identification, transmission au chargé d’étude scientifique et spécialistes pour identification, collecte de bois pour mise en élevage. Les prélèvements et inventaires seront échelonnés sur plusieurs mois avec un pas de temps de 2/3 semaines ;
• étudier in situ les microhabitats liés au bois mort flotté/échoué (dans le substrat, sous ou contre le bois) et proposer une typologie au regard du site et de la bibliographie;
• tester la possibilité d’analyse diachronique de dispersion du bois mort flotté/échoué par analyse de photos aériennes historiques) ;
• proposer et tester une méthode d’évaluation de leur éventuel impact sur le fonctionnement hydromorphologique et de prédiction des futurs déplacements des troncs et embâcles
• réaliser un support de communication visant à une meilleure acceptation locale du bois mort flotté/échoué très souvent perçu comme un élément du paysage « pas propre » ou « dangereux ».

> Le profil recherché

Profil recherché
- Formation : Bac +4 minimum
- Connaissance de l’entomofaune des milieux alluviaux ou a minima intérêt naturaliste ;
- Connaissance en hydromorphologie fluviale ;
- Capacité à utiliser les logiciels cartographiques notamment QGIS ;
- Autonomie, organisation, rigueur, capacité d’analyse, de synthèse et de rédaction ;
- Aptitude et grand intérêt pour le travail de terrain ;
- Aptitudes au dialogue et au travail en équipe ;
- Maîtrise des outils informatiques (traitement de texte, tableur...) ;
- Permis B indispensable.
Conditions du stage
Indemnité légale : selon loi en vigueur.

Début du stage selon les disponibilités de l’étudiant mais présence sur le terrain requise en mars, avril et mai.
Remboursement des frais de déplacement (0,47 €/km) si utilisation du véhicule personnel.
Utilisation des véhicules de service possible.
Co-voiturage depuis Nancy ou Charmes envisageable.

Cette offre n'est plus disponible

CONSERVATOIRE D'ESPACES NATURELS DE LORRAINE

Le Conservatoire d’espaces naturels de Lorraine (CEN Lorraine), association régionale de protection et de gestion des milieux naturels, est gestionnaire de 300 sites naturels remarquables, soit près de 5 000 ha.

Le CEN Lorraine s'est structuré autour de missions thématiques (scientifique, gestion, communication) et territoriales (départements).
cenlorraine.fr

Offres d'emploi similaires

+ d'offres en Biodiversité

Se former

+ de formations en Biodiversité

la profil-thèque !

S'inscrire
 
 
Nos marques :