En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Je suis écologue, quelle bonne idée !

Connaissez-vous le métier d'écologue ? La société Biotope a permis à Baptiste Clarke, journaliste d'Emploi-Environnement, de suivre Vincent Liebault lors d'une étude sur le terrain avant la construction d'une canalisation. Reportage dans l'Hérault (34).

Reportage vidéo  |  Biodiversité  |    
Je suis écologue, quelle bonne idée !

Vincent Liebaut est un écologue expert ornithologue. Tout jeune, il passait déjà de longues journées en pleine nature avec "les anciens" qui lui ont beaucoup appris. C'est absolument remarquable la façon dont Vincent peut identifier les différents oiseaux d'une parcelle, juste à l'oreille. Au sein de sa société, il est chargé d'étude faune, il sait donc aussi identifier tous types de reptiles ou de batraciens. En somme, aucune espèce protégée ne peut lui échapper… Son métier lui permet donc de protéger cette nature qu'il affectionne, tout en participant à l'aménagement du territoire.

Quiz métier d'écologue avec Vincent Liebault de la société Biotope

Quels sont les diplômes requis pour exercer votre métier ?

Il faut avoir de bonnes connaissances en écologie, sur le fonctionnement des écosystèmes, l'aménagement du territoire. Connaître les outils et les acteurs de la conservation et de la protection du patrimoine naturel. Ces compétences s'acquièrent grâce à un Master en écologie (Bac+5) mais le niveau Bac+3 peut être suffisant. Il existe aujourd'hui de nombreuses formations spécialisées en expertise écologique. Les compétences linguistiques, en particulier l'anglais, sont très importantes, les missions à l'international se multiplient. Enfin, il faut être à l'aise avec les outils informatiques.

Quelles sont les qualités requises ?

Pour la phase de terrain, il faut un sens de l'observation, de la patience, de la rigueur, des capacités physiques et une résistance à la fatigue. Une autonomie et un sens de l'organisation.

Pour la phase d'analyses des données et rédaction des rapports d'études, il faut une capacité rédactionnelle et de synthèse, un esprit scientifique et une rigueur pour l'analyse des données.

Aussi, il faut un bon contact relationnel, un esprit d'équipe et avoir conscience que nous intervenons dans un projet global dans lequel nous devons intégrer notre travail au mieux pour en assurer la qualité et la rentabilité.

Qui sont les employeurs ?

Les bureaux d'études, les associations de protection de la nature, le conservatoire des espaces naturels, les réserves naturelles, les parcs naturels, l'office national des forêts, l'agence française pour la biodiversité...

Quelles peuvent-être vos différentes missions ?

Nous intervenons principalement dans le cadre de projet d'aménagement : diagnostics écologiques, évaluation des enjeux, étude d'impacts, contrôle environnemental de chantier, suivi de l'efficacité des mesures mises en œuvre pour préserver la biodiversité ou compenser les impacts du projet.

D'autres missions peuvent nous être confiées comme des inventaires naturalistes, suivi de populations, plan de gestion d'espaces naturel...

Quelle est l'évolution de carrière possible ?

Il est possible d'évoluer vers un poste d'expert référent qui sera missionné sur les études les plus complexes. Etre tuteur pour l'accompagnement des plus jeunes. Passer chef de projet et donc responsable des études dans leur ensemble et assurer la relation avec le client. Il y a aussi des opportunités pour travailler à l'international sur des missions voire en expatriation.

Enfin, le poste de directeur d'étude est réservé aux chefs de projets expérimentés.

Quel est le salaire généralement constaté ?

Tout dépend de la structure et de l'expérience. Entre 1.600 et 3.200 euros brut mensuel.

En quoi est-ce un métier d'avenir ?

Les enjeux environnementaux sont au cœur des préoccupations sociétales et ont été intégrées dans la constitution française à travers la charte de l'environnement en 2004. Leur prise en compte est obligatoire et inscrite dans de nombreuses lois notamment dans les phases d'ERC (Eviter, Réduire, Compenser). En 20 ans, les protocoles et technologies ont permis au métier de progresser. L'accès à des outils innovants permet aux experts d'affiner leurs diagnostics sur le terrain : piège photo, enregistrement d'ultrasons, caméra infrarouge, tablette de saisie de terrain, analyse ADN environnementales… Aussi, le métier se développe à l'international.

Partagez sur…