En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Bientôt une "Université du Sauvage" en France ?

Le projet d'Université du Sauvage vise à monter un centre de formation protéiforme au sein de la réserve biologique des Monts d'Azur. Objectif : développer les compétences et faire de la biodiversité un levier de croissance économique.

Article  |  Biodiversité  |    
Bientôt une "Université du Sauvage" en France ?

Construire un centre de formation sur les relations entre l'Homme et la Nature, au beau milieu d'une réserve naturelle... Une utopie ? Pas du tout. Le projet existe. Il porte un nom : l'Université du Sauvage. Il est même depuis peu inscrit dans le contrat de transition écologique (CET) du Pays de Grasse - le premier CET centré sur la biodiversité - signé le 3 juin 2019.

Un centre de rencontre internationale sur la biodiversité

Porté depuis quinze ans par les fondateurs de la réserve des Monts d'Azur Patrice et Alena Longour, ce projet vise à créer "un centre de rencontre international sur la biodiversité et un centre de formation sur les nouvelles pratiques environnementales", précise Patrice Longour.

Un Master 2 spécialisé en biodiversité

"L'idée, c'est de mettre en place un Master 2 sur le thème de la biodiversité en partenariat avec l'université Côtes d'Azur", précise Gabriel Bouillon, chargé de mission au Pays de Grasse. L'étude de faisabilité devra être rendue fin juin pour une implantation au sein de la réserve biologique des Monts d'Azur. Le contenu de la formation reste à préciser. "L'intention, c'est d'être à la croisée des sciences dures et des sciences molles pour créer un master interdisciplinaire axé sur les relations Homme-Nature", précise le chargé de mission. Une trentaine d'élèves est envisagée et l'ouverture est espérée d'ici à trois ans.

Un brevet d'initiation à la biodiversité pour les écoliers du primaire

"Nous comptons également proposer des colloques, l'accueil de thésards et élaborer un brevet d'initiation à la biodiversité pour les écoliers d'écoles primaires, précise le chargé de mission. Nous avons bon espoir que ce brevet puisse être mis en place rapidement grâce à un réseau d'enseignants volontaires à qui du contenu pédagogique aura été fourni."

Un futur centre de formation professionnelle et continue

L'Université du Sauvage vise également à devenir un centre de formation professionnelle. Les discussions sont en cours pour qu'il devienne le centre de formation de l'Agence française de la biodiversité (AFB).

Le projet prévoit également la mise en place d'un centre de formation à la construction en haute performance écologique. "Ce centre sera basé sur un autre site, précise Gabriel Bouillon, mais dans le même secteur. Il aura vocation à accueillir des familles sur une année (hébergement compris) pour former les artisans aux nouveaux matériaux et à la gestion d'entreprises artisanales." Ce volet du projet n'a pas encore été soumis au CTE. "Une réunion est prévue début juillet pour lancer les études de faisabilité", précise Gabriel Bouillon.

"Faire émerger une filière autour de la biodiversité"

L'objectif de ce projet protéiforme d'Université du Sauvage est de "faire du CTE une opportunité de développement économique", précise le chargé de mission. "C'est ce qui nous permettra de booster la transition écologique, indique-t-il. Nous allons faire émerger une filière autour de la biodiversité de toutes pièces."

Les financements concernant ce projet ne sont pas encore connus. Patrice Longour vise un montage public-privé. "Les ministères de la Transition écologique et solidaire, de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation ont déjà manifesté leur intérêt pour ce projet, précise-t-il. Le ministère de l'Agriculture serait également, à priori, intéressé."

Elodie Buzaud.

Partager