En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

La transition énergétique, une véritable opportunité pour l'emploi au niveau local

L'Ademe montre à travers deux études menées dans les régions Hauts-de-France et Occitanie que la transition énergétique est un vrai levier de création d'emplois. Elle confirme la perspective nationale de créer 900.000 emplois d'ici 2050.

Article  |  Energie  |    
La transition énergétique, une véritable opportunité pour l'emploi au niveau local

Ce sont deux régions en pointe sur la transition écologique et énergétique sur lesquelles l'Ademe s'est penchée. Les Hauts-de-France d'abord avec leur "Troisième révolution industrielle", initiative lancée en 2013 et reposant sur "une articulation des technologies du numérique" avec "l'essor des énergies renouvelables et une efficacité énergétique accrue". L'Occitanie ensuite qui a lancé en 2017 son scénario "Région à énergie positive" à horizon 2050.

L'Ademe a passé au crible ces deux scénarios pour étudier leur impact sur l'emploi. Et les résultats se révèlent prometteurs, rejoignant les projections nationales qui prévoient la création de 900.000 emplois d'ici 2050.

Hauts-de-France : rénovation énergétique et EnR tirent l'emploi

Pour les Hauts-de-France, l'étude chiffre à 46.600 le nombre d'emplois créés entre 2015 et 2050 sur trois secteurs de la transition énergétique. Avec un gain net de 21.600 emplois par rapport à un scénario "non révolutionnaire".

Les emplois créés seraient multipliés par quatre dans le secteur des énergies renouvelables (EnR) avec un gain net de 22.800 emplois. Les filières du bois énergie et de la méthanisation seraient les plus génératrices d'emplois. La rénovation énergétique des bâtiments génèrerait, quant à elle, la création de 2.800 emplois nets. "Les logiques à l'oeuvre sont globalement celles d'un transfert des métiers de la construction neuve vers la rénovation", explique l'Ademe.

En revanche, le secteur des transports et de la mobilité perdrait 4.000 emplois par rapport à un scénario "non révolutionnaire". En effet, si des créations d'emplois sont attendues dans le transport collectif de passagers et dans l'installation de bornes de charge de véhicules électriques, nombre de postes devraient être supprimés dans les secteurs de l'entretien-réparation de véhicules et du transport routier de fret. Cette mutation devrait par ailleurs s'accompagner par une plus grande qualification des emplois créés.

Occitanie : un scénario ambitieux mais payant

Quant à l'Occitanie, l'étude menée par la Région avec l'appui de l'Ademe montre un niveau de PIB supérieur de 3,9% en 2050 par rapport au scénario tendanciel et une réduction de la facture énergétique des ménages de 56%. En terme d'emplois, les projections prévoient la création de près de 90.000 équivalents temps supplémentaires par rapport à un scénario au fil de l'eau. Là aussi, certains secteurs sont gagnants : construction, transports de passagers, services marchands. Alors que d'autres vont voir leurs effectifs diminuer : transport routier de fret, nucléaire, combustibles fossiles.

"Loin de certaines idées reçues, la mise en place d'une politique ambitieuse de transition énergétique n'aurait pas pour effet de ralentir l'économie de la région ; elle favoriserait au contraire un développement économique légèrement plus rapide et aurait pour conséquence une création nette d'emplois", conclut l'étude.

Partagez sur…