En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Photovoltaïque : Engie veut essaimer sa formation à la pose de panneaux en France

Engie a co-créé une formation à la pose de panneaux photovoltaïques de 400 heures sur 3 mois en 2018. Après une session à Marseille et avec deux sessions en cours, à Marseille et Lyon, l'énergéticien souhaite essaimer cette formation partout en France.

Article  |  Energie  |    
Photovoltaïque : Engie veut essaimer sa formation à la pose de panneaux en France

Engie, Dualsun (fabricant de panneaux solaires) et Bao Formation ont créé une formation à la pose de panneaux photovoltaïques unique en son genre en France. Sa première édition s'est déroulée à Marseille l'an dernier, deux sont en cours, à Marseille et Lyon. Appelée "Poseurs d'avenir", elle est unique, car répartie sur 3 mois et étalée sur 400 heures, quand la plupart des formations de ce type se font en une dizaine de jours. 70 % du temps de formation est consacré à la pratique. "Prendre le temps permet aux futurs installateurs de panneaux photovoltaïques d'apprendre à poser les panneaux au sol, puis à les relier, et enfin, à les poser en hauteur", détaille Sophie Devoisin-Lagarde, directrice des solutions solaires pour les particuliers chez Engie.

Une formation réservée aux candidats mobiles

Chaque session compte 10 élèves. La formation est gratuite. Aucune qualification n'est requise. La seule condition pour y accéder : être mobile. "L'an dernier, nous avions 10 stagiaires non mobiles, cela a été une difficulté car les entreprises qui cherchaient à recruter étaient en PACA, indique Sophie Devoisin-Lagarde. Or les élèves ne souhaitaient pas bouger de Marseille." Résultat : sur 10 stagiaires, 4 ont trouvé un emploi dans le photovoltaïque, les 6 autres, dans le bâtiment.

Des entreprises intéressées en Nouvelle-Aquitaine, Auvergne Rhône-Alpes et Pays-de-la Loire

"Nous travaillons également davantage nos relations avec les entreprises", ajoute Sophie Devoisin-Lagarde. Lors de la première session, les entreprises étaient invitées à l'ouverture de la formation. Aujourd'hui, elles sont sollicitées bien en amont. "C'est même elles qui nous sollicitent désormais, se réjouit la directrice. Les entreprises de Nouvelle Aquitaine sont intéressées", précise-t-elle. Idem en Auvergne Rhône-Alpes et dans les Pays-de-la-Loire. Reste à convaincre les régions, car le modèle de financement repose en grande partie sur elles. Pour la première session marseillaise, la formation a été co-financée par Engie et la région, à hauteur de 80 %.

Former pour doper le marché de l'autoconsommation

Pour convaincre les régions, Engie a un argument imparable : le marché du solaire repart. "Il a doublé en 2 ans, précise Sophie Devoisin-Lagarde, et les attentes en autoconsommation sont importantes", indique la directrice d'Engie, qui a justement lancé son offre dédiée à l'autoconsommation en 2017. Le premier producteur d'énergie solaire en France (avec 1,2 GW produit en 2018 sur le territoire) ne voudrait pas manquer le coche d'un marché prometteur, mais actuellement en manque d'installateurs qualifiés. Pour l'heure, la part du solaire dans la production verte d'Engie est de 15 %.

Elodie Buzaud.

Partager