En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

B. Thermoz-Lorciere (Ines) : "Le photovoltaïque est une opportunité de marché pour les couvreurs"

Le photovoltaïque est en plein essor, mais les ménages font de moins en moins confiance aux poseurs. Une aubaine pour les couvreurs qui n'ont plus qu'à s'emparer du marché, selon Bertrand Thermoz-Lorciere, responsable commercial à l'Ines.

Interview vidéo  |  Energie  |    

Les couvreurs ont intérêt à s'intéresser à la pose de panneaux photovoltaïques. Elle représente une véritable "opportunité de marché", selon Bertrand Thermoz-Lorciere, responsable commercial à l'INES, centre de référence européen sur l'énergie solaire et le bâtiment.

Selon lui, les couvreurs devraient pouvoir, à l'occasion d'une réfection de toiture, proposer de poser des panneaux solaires. Il donne deux raisons principales.

"Les couvreurs ont un grand rôle à jouer pour la fiabilité des installations"

"Les couvreurs ont un grand rôle à jouer pour la fiabilité des installations" dans la mesure où la plupart des problèmes liés aux panneaux sont des problèmes "d'étanchéité, d'infiltration".

De plus, "ils ont la confiance de leur client, autant en profiter pour proposer du solaire", explique-t-il.

À le croire, il y a une véritable place à prendre sur le marché pour les couvreurs formés à la pose de panneaux photovoltaïques. Nombre de poseurs, parfois sans qualification, ont été largement discrédités par des affaires de panneaux mal posés, générant fuites et infiltrations. La dernière enquête de l'UFC-Que Choisir, dévoilée le 27 mars 2019, fait état de "pratiques désastreuses".

Un groupe de travail pour inciter les couvreurs à s'emparer du photovoltaïque

Pour initier une prise de conscience chez les couvreurs, l'INES, la CAPEB et Edilians (ex-Imerys Toiture), ont créé un groupe de travail depuis 2018. Sa première réunion a eu lieu le 1er février 2019.

"L'objectif est de créer un document que les couvreurs puissent remettre à leurs clients pour les aider à vendre la pose de panneaux photovoltaïques, explique Isabelle Naves, chargée de missions au pôle technique et professionnel de la Capeb. Nous souhaitons aussi créer des outils d'aide aux couvreurs pour qu'ils sachent où s'informer, où se former, etc."

Le volet qualification et label pourrait être intégré à ce groupe de travail, avec l'intégration future de Qualit'EnR. Pour l'heure, l'INES compte seulement 20 % de couvreurs dans ses formations à la pose de PV.

Partagez sur…