En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Eco-gestionnaire, un nouveau métier pour la transition écologique des quartiers

La transition écologique s'engage au coeur des quartiers. L'heure est à la maîtrise des usages et à la mutualisation des services. Pour coordonner les actions à l'échelle locale, un nouveau métier devrait entrer en scène : l'éco-gestionnaire.

Article  |  Bâtiment  |    

De nouveaux métiers pourraient bien voir le jour dans nos quartiers et îlots urbains. Des postes confiés à des hommes ou à des femmes “orchestre”, ayant pour mission d'accompagner la transition écologique et les mutations de la vie locale. C'est ce qu'il ressort d'une réflexion menée par 7 acteurs majeurs de l'immobilier et de la ville durable, mandatés par la ville de Paris, autour du poste d'éco-gestionnaire.

L'éco-gestionnaire, facilitateur de la transition écologique des quartiers

Potentiellement initié par des municipalités, des opérateurs immobiliers ou des associations locales, l'éco-gestionnaire s'implique au niveau des quartiers, notamment pour en réduire les consommations d'énergie et l'empreinte carbone. Des missions qui font écho aux pistes évoquées pour le nouveau Plan Climat de la ville de Paris, qui sera présenté en Conseil, ce 20 novembre.

L'éco-gestionnaire se verrait confier la coordination des projets des acteurs locaux, à l'échelle de plusieurs copropriétés. Par exemple, pour gérer la mise en oeuvre de nouveaux services collectifs mutualisables : smart grids, bornes de recharge des véhicules électriques, autoconsommation collective… Autant de services locaux qui vont se développer d'ici 10 ans, prédit Anne Girault, directrice de l'Agence parisienne pour le climat (APC), qui a participé aux travaux.

Un lien constructif entre tous les acteurs d'un territoire

Dans la ville bas carbone qui se profile, l'éco-gestionnaire serait l'interface des nombreuses parties prenantes aux projets : property managers, syndics, municipalités, prestataires, architectes, juristes… Il représenterait aussi l'opportunité d'intégrer les usagers et les habitants dans les processus de décisions, assure Benjamin Ficquet, Directeur des Transitions Environnementales pour ICADE, co-partenaire de l'étude pour la ville de Paris.

Pour leur part, les notaires de l'étude Cheuvreux, autres contributeurs, ont étudié la sécurisation des montages juridiques dans les missions de l'éco-gestionnaire. Celui-ci pourra ainsi s'appuyer sur une bibliothèque des solutions juridiques, en fonction du projet retenu et du contexte.

Un métier à venir, mais qui existe déjà !

L'intérêt du poste d'éco-gestionnaire est déjà expérimenté à Paris (19ème), au sein d'un ensemble immobilier de 165.000 m2, comprenant 1.200 logements, des bureaux, un centre commercial, un collège, une école, un gymnase, une crèche, ainsi que l'un des plus grands incubateurs de start-ups d'Europe.

Trois éco-gestionnaires y ont pour mission d'identifier les services communs mutualisables selon les besoins et les souhaits exprimés par les utilisateurs. Agriculture urbaine sur toiture, entretien optimal des parties communes, installation de parking vélo… chaque besoin exprimé remonte jusqu'à l'éco-gestionnaire, qui veille aux conditions de sa mise en oeuvre.

Le périmètre d'intervention de l'éco-gestionnaire est évolutif

Le métier d'éco-gestionnaire est susceptible de jouer un rôle de premier plan dans les éco-quartiers, tout comme dans les îlots d'habitats déjà existants. Et pour cause : la rénovation énergétique va s'imposer. L'éco-gestionnaire permettra de mutualiser les efforts, et donc les coûts pour les habitants.

Son périmètre d'intervention sera évolutif, selon les idées exprimées par les habitants : potager urbain, atelier de réparation partagé, services de conciergerie, suivi des personnes vulnérables, demande de concertation, détermination du modèle économique des services locaux… il n'y a pas de limite !

Une nouvelle dynamique urbaine pour 617.000 copropriétés

Sur le terrain, la fonction d'éco-gestionnaire se déploie déjà chez les property managers. Parfois sous d'autres appellations. Avec 617.000 copropriétés recensées en France, le potentiel d'emploi est important. Concernant les nouveaux projets d'aménagement urbain, tous les appels d'offres comportent la dimension d'intégration au quartier dans une logique de territoire à énergie positive, précise Benjamin Ficquet, de l'ICADE. Une nouvelle dynamique urbaine est déjà engagée.

Les partenaires du projet d'Eco-gestionnaire : Icade, Étude Cheuvreux, Agence Parisienne du Climat, Groupe Caisse des Dépôts, Foncia Institutional Property Management, Paris Habitat, EFFICACITY.

Partagez sur…