Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›

Votre DRH s'intéresse à votre équilibre Temps de vie - Travail… voici pourquoi !

Natascha de Saint-Jean, directrice du pôle Accompagnement de l'Institut Great Place to Work®, indique pourquoi les DRH s'intéressent à notre équilibre Temps de vie / Travail. Une belle démonstration des synergies qui existent entre RSE et compétitivité.

Avis d'expert  |    

D'après l'étude « famille et entreprise » réalisée par Viavoice pour la Maison Bleue, spécialiste de la création et de la gestion de crèches, 2/3 des chefs d'entreprise estiment que la conciliation de la vie de famille et du travail représentera un « enjeu central » pour les entreprises d'ici à 3 ans. Soit une progression de 6 points par rapport à la première édition de ce sondage réalisée l'année dernière.

L'entreprise, intéressée par votre réussite personnelle

À l'heure d'avancées significatives en termes de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), 61 % des dirigeants et DRH interrogés affirment que l'équilibre famille-travail devrait être favorisé par les entreprises. Une évolution positive qui ne passe pas inaperçue et qui signe la faiblesse des effets attendus des politiques publiques en la matière : seuls 39 % des sondés pensent que l'équilibre famille-travail dépend des politiques publiques.

Les dirigeants semblent être de plus en plus nombreux à intégrer que la conciliation des temps de vie est générateur de bénéfices. Parmi les bénéfices pour l'entreprise, on notera notamment : développer la performance des salariés, fidéliser les collaborateurs, traduire concrètement l'engagement sociétal de l'entreprise, accompagner les carrières au féminin et favoriser l'égalité homme-femme, renforcer l'attachement à l'entreprise. Un salarié heureux, c'est un salarié plus créatif, plus productif, plus engagé et plus désireux de travailler en équipe !

Les salariés, plus sensibles à une aide concrète qu'à une aide financière

La solution “crèches d'entreprise” est une option efficace de prise en compte du quotidien des salariés, mais inaccessible à nombre d'entreprises pour des raisons de coût (coût de chaque berceau, avance de trésorerie…) et/ou de logistique (manque d'espace). En plein développement, le marché des crèches reste toutefois confidentiel : seules 3% des entreprises proposent un service de crèche. Des solutions alternatives voient le jour comme la conclusion d'accords de priorisation pour la prise en charge des enfants du personnel dans les crèches de communautés de communes.

De nombreuses autres pratiques sont de nature à faciliter la conciliation des différents temps de vie des salariés parents, des salariés aidants (ceux qui prennent soin d'un parent en situation de dépendance), mais aussi de toute personne désireuse d'avoir des espaces d'épanouissement en dehors de sa sphère professionnelle ! Notons que les salariés préfèrent recevoir davantage de services de la part de leur employeur (53%) que des aides financières sans assistance spécifique (39%).

Mille et une façon d'atteindre l'équilibre famille-travail

Les pratiques des entreprises et des collectivités sont déjà largement connues : la flexibilité des horaires, les horaires décalés mais aussi le télétravail qui se développe doucement dans un contexte français enclin à ne juger de la performance et de l'engagement des collaborateurs qu'à l'aune de leur présentéisme... C'est aussi la possibilité d'arriver plus tard le jour de la rentrée des classes pour les parents d'enfants de moins de 16 ans. Des entreprises proposent également des services de conciergerie qui assurent une permanence plusieurs fois par semaine de sorte à permettre aux salariés de se décharger de certaines tâches du quotidien comme la recherche de baby-sitter.

Dans leurs entretiens annuels d'évaluation, certaines entreprises ont institutionnalisé une rubrique qui amène le manager à interroger les collaborateurs sur leur démarche de conciliation entre vie privée et vie professionnelle. Un critère d'évaluation qui peut aboutir à des objectifs spécifiques pour l'année à venir.

Des méthodes de travail optimisées pour gagner du temps de vie

Un enjeu important pour concilier au mieux les temps de vie est aussi d'optimiser son temps de travail et notamment celui passé en réunion. D'après l'étude Perfony de janvier 2014, un cadre passerait seize années de sa vie professionnelle en réunion ! Quelques bonnes pratiques sont aidantes pour tendre vers cet objectif : démarrage et fin des réunions à l'heure, ordre du jour diffusé à l'avance, participation active sans ordinateur ni téléphone portable, compte rendu rédigé durant la réunion avec des « pour action » clairement définis.

La question de l'e-mail est également omniprésente et vécue par beaucoup comme un facteur d'empiètement de sa vie professionnelle sur sa vie privée, compte tenu des outils de mobilité dont les collaborateurs sont équipés. Et on observe que les temps de réponse sont raccourcis lorsque les échanges de mail interviennent en dehors des horaires de travail officiels ! La clé du succès pour en limiter l'usage tient à l'exemplarité des managers : si ces derniers s'astreignent à ne pas envoyer de message le week-end ni à des heures indues, par effet de mimétisme, les équipes ne le feront plus non plus.

Vivre, c'est développer des compétences nouvelles !

Sur le chemin de la conciliation des temps de vie, les pistes d'amélioration sont encore nombreuses et de nouvelles solutions restent à inventer. Au-delà des actions en lien avec l'organisation du travail ou avec l'octroi de certains avantages matériels, l'enjeu est de faire évoluer les mentalités et le regard porté sur les parents. Outre des ressources précieuses pour les entreprises, les salariés parents sont aussi des collaborateurs qui développent des compétences nouvelles, notamment en matière de gestion des situations compliquées et de qualité d'écoute et de dialogue ; compétences qui peuvent être transposables à l'entreprise.

Avis d'expert proposé par Natascha de Saint-Jean, également publié sur le site de l'Institut Great Place to Work®

 
 
Nos marques :