En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

MOOC : l'offre française de formations pour le bâtiment durable s'enrichit

L'arrivée des cours numériques gratuits (MOOC) constitue des ressources complémentaires de formation des professionnels. En France, plusieurs institutionnels déploient des programmes pour le bâtiment durable. De quoi faciliter la transition du secteur.

Article  |  Bâtiment  |    

Les MOOC (Massive open online courses), initiés il y a cinq ans aux Etats-Unis, sont des cours en ligne ouverts à tous et gratuits qui offrent de nouvelles perspectives de formation professionnelle.

L'Environnement et le Bâtiment durable au programme des MOOC en France

En France, la plateforme France université numérique (FUN), créée fin 2013 par les ministères de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur, met à disposition du public des MOOC gratuits réalisés par les enseignants des universités et des grandes écoles.

Les cours portent sur 40 thématiques comprenant l'environnement et le développement durable. La FUN s'est également associée au Plan bâtiment durable et à l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) qui ont lancé, le 16 novembre 2016, la première plateforme MOOC dédiée à la formation au bâtiment durable.

Pourquoi cette plateforme spécifique ? L'idée remonte à 2014, suite à un rapport remis par Sabine Basili, vice-présidente de la Capeb, et Ingrid Nappi-Choulet, professeure à l'Essec, qui proposait de développer ces outils numériques afin d'accélérer les démarches de formation des artisans aux exigences du marché de la rénovation énergétique.

Le Plan bâtiment durable et l'Ademe avaient ensuite initié une étude ouverte et collaborative permettant d'approfondir l'intérêt des MOOC dans le secteur et de créer la plateforme.

Faciliter le parcours des artisans vers le label RGE

La loi de transition énergétique d'août 2015 fixe l'objectif de 500.000 rénovations énergétiques de logements par an. Avec à la clé, 75.000 emplois créés dans le bâtiment. La plateforme veut contribuer à la montée en compétences des professionnels. D'autant qu'un rapport du Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD), paru en avril 2016, pointait encore des lacunes dans la formation des artisans (chauffagistes, électriciens, couvreurs, menuisiers, charpentiers) en matière de rénovation énergétique.

Le CGEDD appelait aussi à promouvoir les MOOC et faciliter l'accès aux formations nécessaires à l'obtention du label Reconnu Garant de l'Environnement (RGE). Un des freins mis en exergue par les acteurs est en effet la difficulté de trouver un temps de formation et de qualification. L'obligation de formations au dispositif FEEBat pour obtenir le label RGE nécessite trois jours de formation à 600 euros au total.

L'accès aux MOOC est quant à lui permanent (24h/24h) et permet aux apprenants d'adapter leur formation. Il facilite l'accès au volet théorique de la formation du professionnel. Les MOOC, actuellement proposés par la plateforme, ne sont pas diplômants mais peuvent être complémentaires à d'autres formations (stages théoriques ou pratiques sur plateaux techniques).

Cette nouvelle forme d'apprentissage "a de nombreux avantages : une meilleure présentation pédagogique, la flexibilité des horaires, le caractère massif, l'absence de pré-requis à l'inscription et la constitution d'une communauté d'apprenants permettant l'entraide. Le professionnel choisit où et quand il veut se former et à quel rythme. Le particulier peut lui aussi suivre un MOOC sur la rénovation pour anticiper ses propres travaux ou par simple curiosité", soulignait Jérôme Gatier, directeur du Plan bâtiment durable au portail d'information Construction21.

Les MOOC, un outil de formation plébiscité par les professionnels en poste

Aujourd'hui, 57% de professionnels du bâtiment et 42% de particuliers sont inscrits sur la plateforme. Ils sont 19% d'ingénieurs, 18% d'architectes, 14% d'artisans, salariés ou chefs d'entreprise ou encore 11% de maîtres d'ouvrage.

Les deux premiers MOOC sur la rénovation énergétique, lancés en janvier 2017 par la plateforme, avaient réuni près de 13.000 inscrits, dont 60% de professionnels du bâtiment, pendant six semaines de formation.

Le MOOC "Rénovation performante", réalisé par l'Asder et l'Arcanne, visait à apporter "les connaissances fondamentales" pour réussir un projet de rénovation (isolation, étanchéité à l'air, etc.). Selon le bilan de cette session, 58% des personnes ayant terminé le cours (soit 2.121 inscrits) travaillent dans le domaine : 8% d'entre eux sont des artisans, salariés ou chefs d'entreprise, 11% d'architectes, 10% de maîtres d'ouvrage, 7% d'ingénieurs. 14% des participants ont répondu être en reconversion professionnelle. Un peu plus de 50% de diplômés Bac+5 et ont suivi ce cours. Ils sont également 16% de niveau respectif Bac+2 et Bac+3. Et 4% de niveau CAP ou BEP.

Le second cours, réalisé par FAB21 Formation et AI Environnement, visait à suivre les étapes d'une opération de rénovation depuis le premier contact avec la maitrise d'ouvrage jusqu'à la fin du chantier.

L'offre de MOOC pour le bâtiment durable va continuer de s'enrichir

"Une seconde session des deux formations est en cours sur la plateforme", précise Marie Gracia, chargée de mission au Plan bâtiment durable. Toutefois, le second cours est désormais proposé sous le format "SPOC"(Small Private Online Course). Ce cours est toujours gratuit et en ligne mais il est limité à certaines personnes qui sont sélectionnées.

La plateforme s'est également enrichie de six nouveaux MOOC ouverts en septembre 2017. Ils sont réalisés notamment par l'Union sociale de l'habitat visant à accompagner la maîtrise énergétique des habitants ou améliorer la performance énergétique, en rénovation et dans le neuf. Pour 2018, une dizaine d'autres MOOC sont déjà prévus. Avec pour thématiques : les matériaux biosourcés, le BIM, le label Energie+Carbone- des bâtiments neufs, la construction durable en climat tropical, les outils numériques au service de la rénovation énergétique ou encore la valorisation énergétique du bâti.

"Les premiers MOOC sont assez généralistes et fortement financés par l'argent public. L'idée est de trouver d'autres sources de financement sur le long terme", indique Marie Gracia. Les collectivités locales ont aussi apporté leur contribution à certains MOOC et une partie est également autofinancée par les porteurs de projets. "On explore plusieurs possibilités de développement de la plateforme : un meilleur financement, réfléchir à proposer des MOOC certifiants et une offre plus complète avec une approche métier. Des discussions sont également en cours pour héberger un SPOC dans la plateforme, en lien avec la formation FEEBat", ajoute Marie Gracia.