Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›

Métiers de l'hydrogène (3/4) : « Nous sommes au tout début de l'histoire, c'est enthousiasmant »

Pour qu'émerge la filière hydrogène, des hommes et des femmes passionnés s'investissent dans des projets ambitieux et la construction d'écosystèmes dans tout le territoire. Rencontre avec Aude Humbert, cheffe de projet chez H2V.

Article  |  Energie  |    
Métiers de l'hydrogène (3/4) : « Nous sommes au tout début de l'histoire, c'est enthousiasmant »

« Mon rôle est de mettre en musique tous les acteurs et les éléments nécessaires pour faire avancer un projet d'usine de production d'hydrogène par électrolyse de l'eau », résume Aude Humbert, cheffe de projet chez H2V. Cette mission la conduit à coordonner les études à réaliser, à organiser des rencontres avec de nombreuses parties prenantes (élus, associations, État, riverains) ou encore à s'assurer que le site du projet est viable. Pour cela, elle travaille en relation avec les ingénieurs de l'entreprise, des bureaux d'études, des fournisseurs d'équipements, des gestionnaires de réseaux…

Après sa formation dans une école de commerce, Aude Humbert décroche un stage « durant lequel j'ai commencé à fréquenter le secteur de l'énergie et de l'environnement, ce qui m'a passionné ! » s'enthousiasme-t-elle. Un engouement qui la conduit à poursuivre ses études en enchaînant avec un master en économie de l'énergie « pour acquérir les bases techniques nécessaires à ces sujets complexes », précise-t-elle. « L'hydrogène, je connaissais peu, car dans un contexte énergétique d'il y a encore quelques années, on n'en parlait pas. Cela représentait tout au plus quelques heures de cours. Mais de nature curieuse et adaptable, je me suis formée en interne, au gré des réunions, en posant des questions. Aujourd'hui, c'est à mon tour d'expliquer ces enjeux pour tous les acteurs que je côtoie dans mon métier, se félicite la cheffe de projet. C'est un secteur où il faut être adaptable, curieux et réactif. Il faut aussi une certaine rigueur pour gérer beaucoup d'aspects différents, une réglementation complexe et mouvante. Car avec l'hydrogène, nous sommes au tout début de l'histoire, il y a beaucoup de communication et de pédagogie à faire. C'est ce qui me plaît : c'est innovant, parfois un peu incertain mais enthousiasmant ! »

 
 
Nos marques :