En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Y. Hustache (Karibati) : "Les artisans doivent se former aux matériaux biosourcés !"

Les matériaux biosourcés sont de plus en plus plébiscités dans la construction des bâtiments. Ils présentent des spécificités de mise en oeuvre qui nécessitent une formation des artisans. Explications, avec Yves Hustache, associé fondateur de Karibati.

Reportage vidéo  |  Bâtiment  |    
Y. Hustache (Karibati) : "Les artisans doivent se former aux matériaux biosourcés !"

Les matériaux biosourcés - issus de la biomasse végétale ou animale - couvrent une large gamme de produits. Ils sont utilisés en tant que isolants : laines de fibres végétales ou animales, textile recyclé, ouate de cellulose, chènevotte, anas, bottes de paille, etc. Ils servent comme mortiers et bétons  : béton de chanvre, de bois, de lin, etc. Les matériaux biosourcés sont également intégrés aux matériaux composites plastiques : matrices, renforts, charges. Enfin, ils sont utilisés dans la chimie du bâtiment : colles, adjuvants, peintures, etc.

La grande majorité des artisans ne sont pas spécialisés

La très grande majorité des entreprises artisanales mettant en œuvre des matériaux de construction biosourcés n'est pas spécialisée dans cette activité. C'est ce que révélait l'enquête sur les pratiques des entreprises artisanales vis-à-vis des matériaux biosourcés publiée en 2015 par l'Ademe. Or certains matériaux présentent des spécificités de mise en oeuvre qui requièrent que les artisans soient formés.

Des spécificités de mise en oeuvre qui nécessitent une formation

C'est le cas, par exemple, pour l'isolation en laine. Si, comme pour la plupart des isolants, le matériau ne présente pas de différences majeures dans sa mise en oeuvre avec des isolants "classiques", la projection de laine en vrac doit être réalisée par un professionnel compétent et avec une machine à souffler. L'utilisation de la paille est soumise à des règles professionnelles, qui imposent que la mise en oeuvre des bottes de paille et des enduits soit réalisée par une personne formée. Idem pour le mortier. Les règles professionnelles imposent une formation d'une journée pour sa mise en oeuvre. Il en est de même pour les enduits et le béton de chanvre.

Un plan pour favoriser l'utilisation des matériaux biosourcés

La formation des artisans fait partie des priorités du plan d'action des pouvoirs publics pour le développement de la filière des matériaux de construction biosourcés. Son objectif : plus de 10 % de taux d'intégration dans les produits et bâtiments d'ici à 2020. "L'utilisation des matériaux biosourcés concourt significaticativement au stockage de carbone atmosphérique et à la préservation des ressources naturelles", justifie la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte.

Elodie Buzaud.

Partagez sur…