En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Toulouse : 100 emplois créés dans le maraîchage grâce à la récupération de chaleur

Info flash  |  Agroécologie  |    
Toulouse : 100 emplois créés dans le maraîchage grâce à la récupération de chaleur

À Bessières, près de Toulouse, un pôle maraîcher high-tech étend sa surface de production, avec des retombées pour l'emploi local. Une particularité : les serres récupèrent la chaleur fatale de l'usine d'incinération Econotre, située à quelques centaines de mètres. Le centre, conçu et exploité par le groupe Suez, traite les déchets ménagers de 153 communes.

Un réseau de chaleur relie l'unité de valorisation énergétique à la zone de maraîchage. Pour 3 millions d'euros d'investissement, un circuit fermé d'eau à 42°C permet de chauffer les serres toute l'année. Dans les rangs de tomates, 3 systèmes de fourniture de chaleur cohabitent : un tube rail au sol, 2 tubes au niveau des plants de tomates et des systèmes de ventilation d'air chaud, décrit Gilles Briffaud, gérant de l'exploitation agricole.

Lancée il y a 2 ans, l'exploitation agricole sous serre emploie aujourd'hui 30 personnes. Elle affiche un rendement annuel de 640 tonnes de tomates à l'hectare, contre 40 à 60 t/ha en plein champ. Sur une superficie de 3 hectares, les tomates sont cultivées hors sol, posées sur de la laine de roche et alimentées par un système de goutte-à-goutte. Avec les travaux en cours, l'objectif est d'étendre la zone de maraîchage à 10 hectares pour produire 5.500 tonnes de légumes par an.

La serre de Bessières a démarré les embauches de 70 salariés supplémentaires, pour une prise de poste dès le mois de juin. Sur un effectif total de 100 personnes, 60 ouvriers agricoles assureront la récolte et le conditionnement des tomates. Les saisonniers travailleront sur site pendant 6 mois de l'année, grâce à l'apport du réseau de chaleur, rapporte Gilles Briffaud. En temps normal, le temps de travail d'un saisonnier se limite à 2 mois. En outre, 40 personnes auront un emploi en CDI, notamment pour s'occuper des serres lors des périodes hors saison et de maintenance, de décembre à février.

Partager