En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Droit des animaux : les métiers du spectacle cherchent une nouvelle inspiration

Le monde du spectacle doit se réinventer, et faire sans les animaux sauvages. Le public ne rit plus des mêmes choses. Dernier révélateur : les échanges entre 30 millions d'amis et le magicien-animateur télé Éric Antoine. Coulisses d'un métier qui change.

Article  |  Biodiversité  |    

Décidément, tous les métiers vont devoir évoluer, y compris ceux du spectacle. Objectif : répondre aux nouvelles attentes de la société en matière de respect de l'environnement et d'éthique.

Magie et animaux sauvages : la mauvaise alchimie !

Ce mercredi 3 janvier en témoigne, avec la mise en cause immédiate de l'artiste magicien Éric Antoine, lors de la diffusion de son émission « Tous les voeux sont permis », à 20h50 sur M6. Une nouvelle émission phare, dans laquelle Éric Antoine réalise les rêves de téléspectateurs par l'intermédiaire de numéros de magie…

Parmi les voeux exaucés lors de sa première émission, celui d'une fillette d'avoir un animal de compagnie. L'artiste réalise ce voeu en faisant apparaître, tout d'abord, une jeune lionne dans une cage, puis finalement un chaton dans une autre cage. Spectacle convaincant, humour, émotion télégénique de la petite… vraiment parfait !

Sauf que l'émotion fut vive sur les réseaux sociaux de voir le fauve en captivité, utilisé à des fins commerciales. Et que parfois, la force d'un tweet suffit à faire prendre conscience et à réagir.

Lorsque la société civile s'invite à la table des artistes...

À 21h39, pendant la diffusion de l'émission, l'association 30 millions d'amis interpelle l'artiste : «Cher Éric Antoine, aucune magie à avoir un animal sauvage en cage sur un plateau TV, même pour émerveiller une petite fille, bien au contraire. Tous les vœux sont permis en 2018, comme celui de ne plus les exploiter !»

Du tac au tac, à 21h48, Éric Antoine répond par tweet à 30 millions d'amis : « Je comprends tout à fait votre réaction. Je n'ai sans doute pas assez réfléchi, je connais bien Tina (la lionne) et Rémi qui élève des fauves en forêt de Sologne. Je n'y ai vu que des animaux heureux… Tina qui a 6 mois n'était pas du tout stressée, mais heureuse de s'amuser avec Rémi. Je comprends votre combat et le soutiens ! D'accord, plus de magie avec les animaux sauvages. Mais notez SVP que je fais adopter un chat par la suite. Bravo pour votre travail. Amitiés. Eric. »

Au-delà du fair-play de l'artiste, cet épisode met en lumière le rôle que peut jouer la société civile dans la moralisation des acteurs économiques et leur nécessaire adaptation. Lanceurs d'alerte, associations, réseaux sociaux… le contexte de marché des entreprises a bien évolué.

...le monde du spectacle doit se réinventer

Dans le domaine du spectacle, d'autres émissions ou chaines de télévision ont déjà été appelées à un comportement plus vertueux : un loup a été déprogrammé de Danse avec les Stars (TF1), les tigres de Fort Boyard sont de plus en plus contestés (France 2), et Gulli a renoncé, en octobre 2017, à diffuser tout spectacle faisant intervenir des animaux sauvages.

Dans le domaine du cirque, 72 villes de France ont pris un arrêté d'interdiction des cirques avec animaux (au 03/01/2018). Le 13 décembre 2017, les élus du Conseil de Paris ont voté, à l'unanimité, le voeu de faire de Paris une ville sans animaux sauvages dans les cirques. Toutefois en se défilant un peu, puisqu'ils attendent de l'État de prendre la décision.

En conclusion, une chose est sûre… les métiers changent. Et le spectacle vivant ne fera pas l'économie du respect de l'environnement et des animaux. Au profit de nouvelles inspirations !

Produite par FremantleMedia France, l'émission « Tous les voeux sont permis » du 3 janvier, sur M6, a réuni 2,8 millions de téléspectateurs, représentant 12% de part d'audience auprès de l'ensemble du public.

Partagez sur…