Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›

Carrière : pourquoi se former à la transition énergétique et au développement durable ?

Vincent Kientz et Laurent Blaisonneau, d'ENEA Consulting, font le point sur la nécessité de savoir travailler dans un contexte de tension sur les ressources naturelles. Une mutation sociétale qui impacte toutes les fonctions de l'entreprise et à laquelle il faut se préparer !

Avis d'expert  |  Energie  |    

Afin de concilier compétitivité, performance et responsabilité, les industriels doivent innover, optimiser leurs moyens de production et leur gestion des ressources naturelles. Ils doivent désormais intégrer les dimensions environnementales et sociales à toutes leurs décisions. Sensibiliser les dirigeants et former les équipes est un moyen d'accélérer le changement et de créer de la valeur économique et extra-financière. Pour qui veut travailler longtemps, il est aujourd'hui nécessaire de se former aux mutations annoncées.

Pour durer, l'économie doit s'adapter à l'environnement

Les récentes évolutions économiques, climatiques, environnementales et sociales interpellent et plaident pour un modèle de développement plus durable. Les équilibres démographiques sont en passe d'être largement bouleversés puisqu'on estime à 9 milliards la population mondiale en 2050 alors que dans le même temps, la population des pays dits "développés" stagnera légèrement au-dessus des 2 milliards d'individus. Les risques associés au changement climatique et à la raréfaction des ressources naturelles deviennent non seulement perceptibles mais critiques pour la production industrielle : énergie, eau, déchets, terres rares, minerais…

Face à cela, le développement industriel de grande ampleur des économies dites "émergentes", accentue cette pression sur la demande. D'où une certaine urgence à améliorer la performance des outils de production industrielle et des procédés de transformation, afin qu'ils deviennent plus efficaces, moins consommateurs de ressources et plus respectueux du tissu social dans lequel ils s'intègrent.

L'engagement des entreprises, des pouvoirs publics et des citoyens, dans la transition énergétique et le développement durable relève bien de l'intérêt général, dépassant largement les intérêts individuels, privés ou même nationaux. D'où la nécessité de développer le savoir dans ces domaines et de le transmettre à chacun, indépendamment de sa formation ou de son métier, afin de converger vers cet intérêt général.

Savoir travailler et produire avec moins de ressources

La crise de compétitivité des industries occidentales et françaises fait émerger un besoin de différenciation et de création de valeur, dont l'innovation et le progrès constitueront une grande partie de la solution. Compte-tenu de la difficulté à réduire, encore davantage, le coût de production, c'est sur les axes environnementaux et sociétaux que l'offre occidentale peut réussir à se distinguer. Et notamment parce que la création de valeur environnementale et sociale, à condition d'être bien pensée, favorise le développement économique des entreprises.

L'orientation de la recherche et de l'innovation, publique comme privée, dans cette voie constitue un levier majeur du renouveau des industries occidentales. D'autant que la marge de progrès est considérable, comme le montre l'accélération du nombre d'innovations et de développements technologiques dans le domaine. Ceci vaut également pour les innovations d'ordre économique - nouveaux business models liés à la fonctionnalité par exemple - et sociétale - création de valeur partagée.

Acquérir de nouvelles sensibilités et de nouvelles compétences

Bien évidemment, la maturité des solutions en développement est souvent relative et des verrous importants restent à dépasser. Par exemple, la transition énergétique impliquera la production décentralisée d'énergies renouvelables et le développement de capacités de stockage d'énergie. Dans tous les domaines, les États, les entreprises, tout comme les collaborateurs, doivent être force de proposition pour actualiser leurs compétences, leurs méthodes et les techniques associées au développement durable.

Pour ce faire, la formation est incontournable. Elle prend du temps et doit être anticipée afin de permettre à chacun, dirigeants comme opérateurs, de comprendre ces évolutions et contribuer au progrès. En amont, elle permettra de faire émerger les idées et les ruptures. En aval, pour être testées, améliorées puis déployées, les idées devront être pertinentes, bien sûr, mais aussi comprises, acceptées, financées et mises en œuvre.

C'est pour cette raison que la formation, en particulier sur la transition énergétique et le développement durable, concerne tout le monde, en amont comme en aval des chaînes de valeur et de production, indépendamment des générations, des métiers et des fonctions exercées.

En vous formant aujourd'hui, vous donnerez à votre entreprise les moyens d'innover et de défendre sa compétitivité à terme. Et, il y a urgence. Les industries "émergentes" intègrent ces dimensions d'autant plus rapidement qu'elles conçoivent du neuf lorsque les industries occidentales doivent composer avec l'existant. Il va donc falloir faire vite. Il s'agit, pour vous, d'une opportunité de développer votre carrière tout en satisfaisant l'intérêt général. Jolie perspective !

Avis d'expert proposé par Vincent Kientz & Laurent Blaisonneau, ENEA Consulting.

 
 
Nos marques :