En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Vos décisions RH ont un impact sur l'empreinte carbone de votre entreprise

Réduire les distances domicile-travail, limiter le nombre de déplacements professionnels... une belle idée pour travailler mieux et réduire son empreinte carbone. D'autant que c'est loin d'être une utopie, selon Frédéric Bleuse, DG France de Regus.

Avis d'expert  |  Transport  |    

Est-il utopique d'espérer réduire l'impact environnemental des trajets domicile-travail en misant sur la proximité ? Est-il incongru de sensibiliser les entreprises aux enjeux liés aux déplacements professionnels ?
Contre toute attente, une remise en question de nos habitudes professionnelles est bien d'actualité socialement. De même que notre relation à l'espace, encore caractérisé par un manque de mixité habitations / bureaux.

Les déplacements liés au travail sont remis en question

Une étude internationale MindMetre-Regus, réalisée en septembre 2013 auprès de 20.000 professionnels, indique qu'en France :

- 47% des cadres supérieurs français interrogés pensent que réduire les trajets vers leur lieu de travail est le moyen le plus efficace pour limiter l'empreinte carbone des entreprises,
- 37% des personnes interrogées considèrent que la réduction des déplacements professionnels pour cause de réunion doit être envisagée,
- 37% des cadres français pensent que les trajets en avion doivent être limités.

D'après l'étude réalisée par Regus, 77% des répondants indiquent qu'ils passeraient plus de temps avec leur conjoint et leur famille s'ils perdaient moins de temps dans les transports. 69% estiment par ailleurs qu'ils passeraient plus de temps au bureau.
De manière générale, à l'heure des nouvelles technologies, les déplacements liés aux affaires sont de plus en plus remis en question.

Raccourcir les distances grâce aux "espaces de travail flexibles"

Avant de parvenir à rééquilibrer nos territoires dont les zones d'activités sont éloignées des lieux de vie et d'habitation, la multiplication des "espaces de travail flexibles", mieux répartis géographiquement et destinés à l'hébergement temporaire ou partiel d'équipes, permet déjà de repenser l'organisation du travail.

Selon une étude de l'IFOP menée en 2013, les Français mettent en moyenne 25 minutes pour se rendre à leur travail. Une durée qui grimpe à 36 minutes en région parisienne... Il y a donc bien un besoin pour nouvelle offre d'hébergement des activités économiques, notamment en banlieue parisienne.

À l'heure de la Responsabilité Sociétale des Entreprises, du Développement Durable et de la réduction de la pénibilité au travail, la maîtrise des distances domicile-travail ou celles consacrées aux déplacements fait sens. Si les esprits sont plutôt ouverts en la matière, reste à convaincre les employeurs à faire le premier pas et à proposer de nouvelles options de travail flexibles.

Faciliter le premier pas des entreprises

Pour ce faire, les intervenants du secteur de la location de bureaux aménagés, salles de réunions et bureaux virtuels, en collaboration avec les DRH et les top-managers des entreprises, doivent nécessairement accompagner le middle management et les salariés :

1- Discuter avec le personnel : découvrir les besoins individuels et discuter des souhaits de chaque collaborateur est primordial. Cet échange permettra de favoriser l'élaboration d'une politique de travail flexible en restant à l'écoute des questionnements et des demandes en interne.

2- Envisager d'autres options de lieu de travail : les longs trajets augmentent le stress et réduisent la productivité, limitant ainsi le bien-être des employés. Permettre à l'employé de travailler depuis son domicile ou de bénéficier d'un accès à un espace de travail partagé à proximité améliore l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle et, dans le même temps, diminue les coûts liés au transport. Cette initiative favorise également une culture d'entreprise plus respectueuse de l'environnement.

3- Inciter le management à mesurer les performances sur la base des résultats : gérer des employés à distance nécessite des ajustements d'organisation. Toutefois, ce processus est facilité lorsque des objectifs et des repères sont clairement établis au préalable. Ces objectifs permettent aux responsables de se concentrer davantage sur la qualité du travail fourni que sur le micro management.

4- Changer le style de communication : il est également important de veiller à ce que les employés bénéficient des outils adéquats pour travailler depuis des lieux différents, dans des conditions équivalentes. Les employeurs doivent donc investir dans des outils technologiques performants tels que des programmes de gestion de projet basés sur le web et la vidéoconférence pour maintenir une bonne circulation de l'information entre les collaborateurs.

Alors, réduire son bilan carbone et travailler mieux... une belle idée ? Nombre de centres d'affaires, modernes et entièrement équipés, dotés de tous les services requis, facilitent déjà les méthodes de travail flexibles.

Avis d'expert proposé Frédéric Bleuse, directeur général France de Regus.

Partager