Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›

Bus à hydrogène : la RATP va former des techniciens polyvalents

Avec le déploiement des bus à hydrogène, il faut savoir les entretenir et les réparer. La RATP va ouvrir un centre de formation à l'été 2024 pour ses techniciens afin de les rendre polyvalents sur toutes les énergies.

Article  |  Transport  |    
Bus à hydrogène : la RATP va former des techniciens polyvalents

En 2022, la France comptait un peu plus d'une trentaine d'autobus motorisés au dihydrogène (H2), répartis dans sept réseaux pionniers. Depuis, de nombreuses agglomérations en ont fait la commande, dont près de cinquante acquis par Île-de-France Mobilités (IDFM). Cette multiplication des bus à hydrogène entraîne un besoin croissant en maintenance pour la Régie autonomie des transports parisiens (RATP), dont le périmètre ne s'arrête pas à la capitale.

« Les deux bus actuellement en exploitation à La Roche-sur-Yon sont les deux premiers à avoir été mis en service pour la RATP, en 2021 et en 2023, atteste Alexandre Galvez, directeur de la Compagnie des transports du Yonnais (CTY), filiale de RATP Dev, branche non parisienne de la RATP. Et d'ici à 2032, le réseau Impulsyon [autorité organisatrice des mobilités de la capitale vendéenne ; NDLR] souhaite en ajouter neuf supplémentaires, en plus d'accroître le nombre de bus roulant au biogaz (bioGNV). » Forte de cette volonté locale, RATP Dev va établir, dès l'été 2024, le centre de formation de tous les techniciens du groupe à La Roche-sur-Yon. Installé sur le site de l'ancienne usine Michelin, fermée en 2019 et reconvertie par la société Altinéa, la future installation prendra la forme d'un plateau technique de 520 m2 composés de salles de cours et d'espaces de travail sur véhicule.

Le besoin de polyvalence

« La CTY ne compte actuellement que cinq techniciens de maintenance pour 60 véhicules au bioGNV, au gazole, à l'électricité et à l'hydrogène, explique Alexandre Galvez. Il nous faut non seulement davantage de techniciens, mais aussi nous assurer qu'ils soient polyvalents sur toutes les énergies. » Le vrai atout du prochain centre de formation résidera surtout sur le volet hydrogène. « La Vendée offre le bénéfice de faire appel à un vrai écosystème local : la production d'hydrogène "vert" est assurée par l'entreprise Lhyfe, la distribution par le Syndicat des énergies de Vendée et les stations d'avitaillement par Hydrogen Refueling Solutions. »

Les formations proposées par RATP Dev seront destinées, dans un premier temps, aux techniciens du groupe nécessitant cette spécialisation. Des groupes de six à huit salariés pourront suivre un des deux formats élaborés avec le Cnam Pays de la Loire : une formation de sept jours ou bien de cinq jours, pour les professionnels déjà familiarisés à la maintenance de véhicules à batterie électrique. « Un véhicule à hydrogène possède aussi une batterie électrique, liée à la pile à combustible, avec laquelle il faut se familiariser », indique le futur directeur du centre. Celui-ci compte accueillir une dizaine de groupes en parallèle d'ici à la fin de l'année. Et il projette d'ouvrir les portes du centre à d'autres entreprises, comme à celles opérant dans le transport de marchandises ou dans la propreté, dont les bennes à ordures ménagères peuvent aussi rouler à hydrogène.

 
 
Nos marques :