En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Les Français confiants dans la formation professionnelle pour sécuriser leur avenir

Info flash  |    

Les Français plébiscitent la formation professionnelle pour sécuriser leur avenir. C'est ce que révèle l'étude Afpa-Ipsos réalisée du 26 octobre au 2 novembre via un ad hoc online auprès de 3003 individus âgés de 18 à 65 ans.

Pour 77% des sondés, la formation professionnelle tout au long de la vie apparaît comme l'élément clé face au risque de chômage. Cette tendance est supérieure auprès des populations salariées à temps plein (79%), bretonnes (86%), diplômées supérieures au BAC (79%). À l'inverse, seuls 10% des Français comptent sur les diplômes de la formation initiale.

Autre enseignement de l'étude : le jugement quasi-unanime (93%) de transformation sans précédent du monde du travail. Face à ces mutations, les sentiments des actifs sont partagés. 28% se sentent suffisamment armés professionnellement, 31% pensent que non, et 35% n'ont pas d'avis tranché. De plus, seul un tiers (31%) des actifs interrogés considèrent leur entreprise comme prête pour faire face aux mutations professionnelles.

Dans ce contexte, si leur emploi était menacé, 82% des actifs se disent prêts à suivre une formation professionnelle pour occuper de nouvelles fonctions. Ils sont également prêts à changer d'entreprise (80%), voire à changer de métier (75%).

Mais le maintien dans sa région de résidence prime dans les choix : seuls 45% des actifs interrogés se déclarent prêts à changer de région pour garder leur emploi. Parmi eux, les Franciliens et les habitants des Hauts de France acceptent beaucoup plus facilement ce changement que ceux des autres régions (respectivement 52 et 53%). À l'inverse, les habitants d'Aquitaine et de Bretagne se déclarent significativement moins en faveur de ce changement (37% et 33%).

L'étude indique leurs attentes vis-à-vis de la prochaine réforme de la formation professionnelle. Les actifs interviewés souhaitent en priorité se former pendant leur temps de travail ( 21%), un système souple (20%) et une simplification de l'accès à la formation (15%).