Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›

En manque d'ingénieurs, les entreprises changent de tactique pour recruter des profils techniques

Pour recruter les nombreux ingénieurs nécessaires à la transition écologique, les entreprises modifient leur stratégie et s'intéressent à des profils de niveau bac, pour leur proposer un parcours de trois ans en apprentissage.

Article  |    
En manque d'ingénieurs, les entreprises changent de tactique pour recruter des profils techniques

La réindustrialisation « verte » de la France, engagée par la loi Industrie verte d'octobre 2023, mise sur la formation d'au moins 50 000 ingénieurs chaque année d'ici à 2027 (contre moins de 40 000 diplômés par an actuellement). Cette demande, loin de concerner les seuls secteurs des transitions écologique et énergétique, surpasse les capacités des grandes écoles à la satisfaire. « D'année en année, de moins en moins de jeunes ingénieurs sont prêts à être embauchés tandis que les départs en retraite sont de plus en plus en nombreux », constate France Desnouveaux, DRH de la branche française de la société de conseil en ingénierie Vulcain Engineering.

Pour combattre ce déficit structurel, Syntec-Ingénierie, syndicat professionnel des entreprises d'ingénierie, mise sur une nouvelle stratégie : former plus d'ingénieurs hors des grandes écoles. En septembre 2023, en association avec le réseau d'écoles de l'ISTP Saint-Étienne et cinq entreprises adhérentes (dont Vulcain), le syndicat a lancé le programme « Parcours Ingé », lauréat de l'appel à manifestation d'intérêt « Compétences et métiers d'avenir » dans le cadre du plan France 2030.

Développer l'expertise technique en dehors des carcans

 
Nous ne recherchons pas nécessairement les premiers de la classe, mais ceux qui, parmi les bons élèves, ont une appétence technique  
France Desnouveaux, DRH Vulcain Engineering France
 
« Notre concept repose sur un fil conducteur : l'intervention de nos entreprises dans les collèges et les lycées d'Auvergne-Rhône-Alpes, notamment à travers des projets techniques en mentorat, comme l'initiative Robotique First France, explique France Desnouveaux. Nous nous rapprochons ainsi de profils de niveau bac, plutôt que de niveaux prépa ou bac + 2, provenant de territorialités différentes. » Le Parcours Ingé se déroule en trois ans, entièrement en apprentissage dans l'une des entreprises participantes, avec 70 % du temps passé en dehors de l'école. L'entreprise-tutrice s'engage à proposer un CDI à chacun des étudiants pris en charge (aujourd'hui au nombre de dix par entreprise) à la fin du cursus. L'objectif ? Former et recruter ainsi 2 500 techniciens spécialisés ou ingénieurs chaque année dans les années à venir.

« Nous ne recherchons pas nécessairement les premiers de la classe, le profil-type des classes préparatoires, mais ceux qui, parmi les bons élèves, ont une appétence technique. Chez Vulcain, détaille la DRH, nos apprentis couvrent une ou plusieurs thématiques parmi les énergies renouvelables ou les transports en commun. Mais nous les orientons davantage vers deux de nos secteurs actuellement prioritaires : l'expertise dans les technologies de petits réacteurs nucléaires innovants (ou SMR) et de l'éolien offshore. »

 
 
Nos marques :