Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›

Les métiers du paysage sont plébiscités par les jeunes mais encore trop méconnus

Travailler au contact de la nature attire les jeunes et les métiers du paysage ont tout à y gagner. Mais les a priori sur ces métiers sont encore nombreux. Pourtant ils recrutent.

Article  |  Biodiversité  |    
Les métiers du paysage sont plébiscités par les jeunes mais encore trop méconnus

Selon un sondage réalisé auprès de jeunes actifs courant janvier 2021, 81 % des 18-34 ans affirment qu'ils éprouveraient de la fierté à travailler concrètement pour la défense de l'environnement. S'il existe de très nombreuses façons d'exercer un métier qui participe activement à protéger l'environnement, les emplois en prise directe avec le terrain attirent particulièrement : plus de deux jeunes sur trois (68 %) aimeraient travailler au contact des plantes ou de la nature. Des chiffres encourageants pour les entreprises du paysage, commanditaires du sondage. « Les notions de fierté et de sens entrent désormais en ligne de compte dans les choix de carrière. Les bureaux et les open spaces n'ont, semble-t-il, plus le vent en poupe, et les Millénials cherchent des métiers manuels, au contact de la nature. Il est plus que temps qu'ils découvrent les opportunités réelles que tous nos métiers ont à leur offrir », analyse Laurent Bizot, président de l'Union Nationale des Entreprises du Paysage (Unep).

Surtout que ce secteur recrute et entend bien continuer à le faire en 2021. En contraste avec d'autres secteurs d'activité, celui du paysage a créé des emplois en 2020 : 69 % des entreprises concernées par l'emploi salarié ont embauché durant le second semestre. Pour 2021, 63 % des entreprises envisagent d'embaucher dans les six prochains mois, dont 40 % en CDI. En termes de profils recherchés, les ouvriers qualifiés sont les plus demandés (56 %), suivis par les ouvriers (26 %), les chefs d'équipe (15 %) et, dans une moindre mesure, les cadres (3 %).

Manque de visibilité

Reste à faire connaître ces opportunités. Car le manque d'information autour de ces métiers est également pointé du doigt par les jeunes, et notamment les étudiants, qui se disent être mal renseignés par les responsables d'orientations (28 %) ou n'ont pas du tout connaissance de ces métiers (19 %). De nombreuses organisations, comme l'Unep, ont saisi cet enjeu depuis longtemps, et parient notamment sur l'apprentissage ou l'alternance afin d'aider les jeunes à se projeter au mieux dans ces métiers. Et cela porte ses fruits puisque près d'un quart (23 %) des embauches dans le paysage a été réalisé en contrat d'apprentissage et d'alternance fin 2020, contre 6 % au premier semestre de la même année. « Sans en connaître toute leur technicité ou leur diversité, les jeunes Français adhèrent pourtant aux valeurs portées par nos métiers, qui font envie et attirent. Nous regardons dans la même direction et partageons les mêmes ambitions en matière de protection de la biodiversité ou de ville verte résiliente. Nous pouvons faire des heureux dans les deux camps. »,commente Laurent Bizot, qui ambitionne de rendre encore plus visibles les métiers du paysage en 2021.

 
 
Nos marques :