En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer

Le secteur de l'Environnement s'intéresse aux tuyauteurs et aux soudeurs

Si les profils de tuyauteurs et de soudeurs sont plutôt associés à l'industrie traditionnelle, les opportunités existent dans le secteur de l'Environnement. Des belles perspectives pour qui est en quête de sens dans son métier.

Article  |  Energie  |    
Le secteur de l'Environnement s'intéresse aux tuyauteurs et aux soudeurs

Les compétences dans certains métiers de la maintenance industrielle se font rares. Par exemple, dans les domaines de la tuyauterie, de la soudure ou encore de la mécanique. Le secteur de la production d'eau potable et des eaux de process recherche activement les profils techniques adéquats. De même que celui de l'énergie pour les réseaux de chaleur ou de froid.

L'enseignement technique doit se rendre plus attrayant

"L'industrie peine en effet à recruter" explique David Guerchon, président de TSI, spécialiste de la maintenance industrielle. L'enseignement technique a perdu de son attractivité et ne propose pas suffisamment de profils en remplacement des réorientations de carrière ou des départs à la retraite.

D'autant que le travail manuel n'est plus mis en valeur auprès des jeunes. Il est souvent réservé aux élèves en échec scolaire, orientés vers l'enseignement technique. Et pourtant, ces métiers ont besoin de profils à potentiel et motivés. Deux conditions pour être réceptifs aux enseignements dispensés et réussir.

Une filière qui a besoin de sang neuf et engagé

En plus de pénaliser l'activité, le manque de jeunes techniciens ne permet pas de rajeunir les effectifs. Ce qui conduit, sur des postes physiques, à de l'absentéisme. Les collaborateurs en place, les plus âgés, se fatiguent plus vite et ressentent plus durement des TMS (Troubles Musculo-Squelettiques).

Très clairement, les métiers de soudeur, tuyauteur et mécanicien pour l'industrie requièrent une bonne condition physique : "les interventions exigent de travailler en hauteur, de souder dans toutes les positions sur de l'acier, ou de l'inox." précise David Guerchon. "Le secteur recrute avant tout des profils montrant un fort engagement. Les CAP, BEP, Bac pro, ou BTS en chaudronnerie, tuyauterie, soudure profiteront de débouchés solides."

Des profils qualifiés, formés en interne et sur le terrain

Dans ce contexte pénurique, les entreprises s'appuient sur la formation interne pour faire monter en compétence les personnels, et leur donner la possibilité de progresser dans leur métier. Idéal pour conserver le savoir-faire de l'entreprise.

TSI mise également sur le parrainage et l'apprentissage, en partenariat avec les acteurs des territoires comme l'UIMM. Ils associent sur le terrain un professionnel expérimenté à un junior, motivé par l'acquisition d'une compétence particulière ou complémentaire à ses acquis.

À titre d'exemple, David Guerchon indique qu'il existe 3 principales techniques de soudure : TIG, MIG, ARC. "Il est très rare qu'un soudeur maîtrise les qualifications associées à ces techniques ainsi que les différentes positions de soudage (corniche, montante, au plafond, en atmosphère contrôlée...)". Chaque technique est associée à une habilitation spécifique, que les techniciens peuvent acquérir tout au long de leur carrière

Des interventions concrètes et à risques...

Même si l'industrie prend actuellement un tournant très digital, elle fonctionne encore très majoritairement sur des process ou des technologies traditionnelles, nécessitant un travail manuel. " Récemment, nos soudeurs sont intervenus pendant 5 mois sur des conduites forcées alimentant les turbines d'une usine EDF d'hydroélectricité en vallée alpine. Ils ont été missionnés pour refaire l'ensemble des soudures d'une conduite de 3 km.", précise David Guerchon de TSI.

Les interventions des tuyauteurs-soudeurs peuvent être programmées en neuf comme comme en maintenance, ou dans le cadre de programmes de renouvellements décennaux des réseaux. Elles font l'objet de contrôles stricts par les organismes de certification, tant la sécurité des installations est engagée.

En bref, ces professionnels évoluent dans un monde dont les missions ne s'improvisent pas et reposent sur de vraies compétences. Les bons éléments peuvent compter sur un emploi assuré.

Lorine Toumia

What do you want to do ?
New mailCopy

Partager

 
 
Nos marques :