En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Les énergies marines renouvelables créent de l'emploi en Normandie et Occitanie

Les Énergies marines renouvelables créent de l'emploi nouveau dans deux régions en France : la Normandie et l'Occitanie. Ces régions s'apprêtent à construire les premiers parcs commerciaux en éolien posé et les premiers parcs pilotes en éolien flottant.

Article  |  Energie  |    
Les énergies marines renouvelables créent de l'emploi en Normandie et Occitanie

La Normandie et l'Occitanie sont les deux seules régions de France où les énergies marines renouvelables (EMR) créent de l'emploi, selon le rapport annuel de l'Observatoire des énergies marines renouvelables publié le 6 juin 2019. Entre 2017 et 2018, 81 emplois ont été créés en Normandie et 19 en Occitanie. Des chiffres notables pour une filière française qui en est encore à ses balbutiements et comptabilise au total 2.085 emplois en 2018.

Normandie : trois projets de parcs commerciaux en éolien posé

En Normandie, les créations de postes sont liées à l'avancée de trois projets de parcs en éolien posé, parmi les premiers parcs commerciaux offshore en France. La mise en service de ces parcs approche à grands pas. Le parc éolien de Dieppe-le-Tréport (62 éoliennes) doit être opérationnel pour 2021. Ceux de Courseulles-sur-mer (75 éoliennes) et de Fécamp (83 éoliennes) devront entrer en service en 2022.

Ces grands projets créent des emplois chez les développeurs de la région et chez les fabricants. L'usine de pales d'éoliennes destinées aux parcs offshore LM Wind Power de Cherbourg en atteste. Construite en 2018, elle emploie aujourd'hui 120 personnes et prévoit au moins autant d'embauches d'ici à la fin de l'année 2019 en vue de la production de la pale géante de 107 mètres de long en septembre prochain.

Deux fermes pilotes pour l'éolien flottant en Occitanie

En Occitanie, c'est le développement des deux fermes pilotes pour l'éolien offshore flottant - les seules de France - qui a favorisé l'emploi. Le premier projet EolMed est piloté par la société Quadran (groupe Direct Energie, 230 salariés), sur la zone de Gruissan (24MW). Le second, appelé Éoliennes flottantes du golfe du Lion (EFGL), est porté par Engie (158.000 salariés), la Caisse des dépôts et EDP Renewables, sur le secteur de Leucate (24MW).

Prédominance des postes en ingénierie

Sans surprise, les emplois créés en Occitanie et en Normandie, concernent surtout des postes d'ingénieurs, comme dans l'ensemble de la filière. D'autant plus que les emplois de production créés et anticipés en 2016 puis 2017 n'ont pas pu être maintenus sur 2018 à cause du décalage des projets français. Un décalage qui vaut à la filière une perte globale de 570 emplois en France entre 2017 et 2018. Pour l'heure, 80 % du chiffre d'affaires annuel des entreprises françaises de la filière concerne l'export. Un bon relais pour les carrières internationales…

Source : Observatoire des énergies marines renouvelables, juin 2019.
 

Elodie Buzaud.

Partager