En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Filière bio : les chiffres clefs pour savoir où trouver un emploi

Vous voulez travailler dans la filière bio ? Voici les grandes tendances économiques du secteur et de l'emploi rattaché. Quelques chiffres à connaître pour bien mener votre projet professionnel et profiter d'un marché porteur.

Article  |  Agroécologie  |    

Les retombées pour l'emploi dans la filière bio prennent de l'ampleur en France. Selon une étude de l'agence Bio de mai dernier, l'agriculture biologique – toutes filières confondues - a vu ses effectifs croître de 32.500 équivalents temps plein entre 2012 et 2016, soit + 38% en 4 ans.

L'emploi dans les fermes bio domine le secteur

La filière bio s'est même envolée entre 2015 et 2016 : le nombre d'opérateurs engagés dans le bio – producteurs, transformateurs, distributeurs et importateurs – a augmenté de près de 10% en un an. Fin 2016, leur effectif s'établissait à près de 118.000 emplois directs.

En majorité, les emplois du secteur bio se concentrent au niveau de la production. Fin 2016, les fermes bio comptaient ainsi 77.700 emplois directs, après un bond de +12% sur une année.

Près de 15.000 entreprises en transformation et distribution

Le développement de la production bio profite également à l'aval de la filière : transformation, boulangerie artisanale, fabrication d'aliments du bétail, distribution.

Les emplois y ont connu un essor significatif sur la période 2015-2016 : +9% de transformateurs (10.600 entreprises), +11% de distributeurs (4.017 entreprises), +40% d'importateurs (223 entreprises).

À l'arrivée, la transformation et la distribution bio cumulaient 38.200 emplois. À noter aussi les 2.000 emplois liés à des activités annexes au bio : le conseil, le contrôle, la recherche, la formation…

Toutes les productions bio progressent en France

Tous les types productions bio sont concernés par le développement de la filière. Pami les faits marquants, les surfaces bio de grandes cultures ont connu une hausse de 20% en une année, et représentent désormais 3 % de la Surface Agricole Utile (SAU).

La progression des surfaces fourragères, destinées à l'alimentation animale, n'y est pas pour rien. Elle va de pair avec les bons chiffres de l'élevage de ruminants laitier et allaitant – bovins, ovins, caprins. L'élevage ovin laitier progresse fortement (+23% de brebis laitières), ainsi que les élevages bovins (+17% de bovins allaitants et +15% de vaches laitières). Il s'agit des filières les plus dynamiques de l'élevage bio.

Plus généralement, la bio demeure mieux représentée dans les cultures pérennes : 17 % des surfaces plantées de vergers et plus de 9 % des surfaces de vigne sont conduites en bio.

Un dynamisme national, et 4 champions régionaux

L'essor du bio couvre le territoire national dans son intégralité. En 2016, la plupart des régions ont connu des croissances à deux chiffres du nombre d'engagements d'agriculteurs.

Mais les exploitations bio sont inégalement réparties selon les régions. Près de 60% des fermes bio se situent dans 4 régions : Occitanie (7.218 fermes), Auvergne-Rhône-Alpes (4.771 fermes), Nouvelle-Aquitaine (4.700 fermes) et Pays de la Loire (2.543 fermes).

Ces mêmes régions concentrent également plus de 40% des entreprises de transformation et de distribution pour la bio. Les régions Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d'azur, où la demande en bio est forte, occupent aussi une place de choix pour l'emploi dans les filières en aval.

Evolution des opérateurs et des surfaces certifiées bio de 1995 à 2016 © Agence BIO/OC