Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›

Découverte métier : le technicien de génie écologique restaure les milieux naturels

Métier de terrain par excellence, le technicien de génie écologique cherche à protéger et restaurer les milieux pour favoriser la biodiversité. Grâce à des travaux manuels, et parfois des engins mécaniques, il redessine la nature.

Plateau TV  |  Biodiversité  |    

Afin de renforcer la biodiversité et restaurer les milieux dégradés, bien souvent par l'activité humaine, le génie écologique se développe. Depuis quelques années, plusieurs métiers visant à « réparer » la nature émergent. L'un d'entre eux, le technicien du génie écologique, a désormais son diplôme et son référentiel de compétence.

Le technicien du génie écologique doit savoir aussi bien utiliser une tronçonneuse que manier une pelleteuse, ou encore réaliser un inventaire faunistique et floristique et suivre un cahier des charges de travaux. Sa formation lui apporte des compétences techniques pour la réalisation de travaux, mais aussi une compétence managériale pour encadrer les équipes dans l'espace et dans le temps et respecter les délais. « Chaque chantier étant différent, chaque jour, chaque projet est une nouvelle aventure, c'est ça qui est intéressant », témoigne Pascal Maurer, président de la société Nature et techniques, spécialisée en génie écologique.

Désormais, le technicien de génie écologique dispose d'une formation ad hoc, dispensée en neuf mois par quelques centres, comme le CFPPA d'Angers. Bien souvent dispensée en alternance pour concilier théorie et pratique, la formation de technicien en génie écologique est nouvelle et encore peu accessible. Mais elle présente l'intérêt d'être ouverte à différents profils : bac pro, BTS, voire Master, et même à des personnes en reconversion professionnelle. « Pour nous, c'est le projet professionnel qui prime », explique Olivier Ziberlin, enseignant en ingénierie écologique au CFPPA d'Angers.

Et avec des entreprises de génie écologique de plus en plus sollicitées, le secteur offre des opportunités de carrière intéressantes, durant lesquelles il n'est pas question de s'ennuyer. « C'est un métier difficile avec une palette d'activités telle, qu'il faut dix ans pour tout maîtriser », estime Pascal Maurer. La patience et la curiosité seront donc les meilleurs alliés dans ce domaine. Pour en savoir plus, découvrez nos échanges avec Pascal Maurer et Olivier Ziberlin, à l'occasion du salon Pollutec de 2021.

Emploi-Environnement publie des offres d'emploi en génie écologique : ICI

 
 
Nos marques :