En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Commerce alimentaire : les directeurs de magasin et les vendeurs à l'heure du bio

Le commerce bio de proximité se développe. Les acteurs spécialisés, tout comme la grande distribution, multiplient les points de vente. De quoi attirer responsables de magasin et vendeurs en affinité avec les valeurs de la bio...

Article  |  Agroécologie  |    

La vente de produits bio bouscule le secteur de la distribution alimentaire. En pleine croissance, les enseignes spécialisées comme Biocoop, La Vie Claire, Naturalia et Bio c'Bon capitalisent sur leur image de proximité et sur la valeur conseil des vendeurs.

Grâce à la bio, de belles opportunités pour le secteur de la distribution

En 2016, les enseignes spécialisées, les artisans commerçants et la vente directe bio représentaient 55% de parts de marché, face aux acteurs traditionnels de la grande distribution.

Dans ce contexte, le groupe Auchan lance sa propre enseigne 100% bio. Le 8 novembre, le groupe a ouvert son premier magasin Auchanbio, près de Lille. Dix collaborateurs sont en charge de l'accueil et du conseil aux clients, dans un magasin pilote au format compact : 450 m2 et 4.200 références.

À l'instar des “historiques de la bio”, le distributeur revendique toutes les valeurs du secteur : la qualité, le bon, le sain et le local. Son premier magasin dispose d'un rayon vrac fourni, d'un pôle fruits et légumes “fraîche découpe”, et d'une cuisine ouverte, avec 2 cuisiniers, qui préparent des plats à emporter, bio et naturels.

Plus de magasins spécialisés dans la bio et des emplois à la clé ?

Si l'expérience lilloise se révèle positive, Auchan projette d'ouvrir une centaine de magasins Auchanbio en France… de quoi dynamiser le commerce de proximité. Pour sa part, Carrefour est également à l'oeuvre avec son réseau Carrefour Bio : une bonne dizaine de magasins ont été ouverts en France depuis 2013. L'enseigne tablerait sur 150 magasins d'ici à 2021.

En termes d'emploi, la multiplication des points de vente crée un appel d'air pour les profils de directeurs de magasin et de vendeurs en affinité avec les valeurs de la bio. Si ce supplément d'âme semble évident pour aller travailler chez un distributeur “engagé” comme Biocoop, la grande distribution verra aussi d'un bon oeil des équipiers qui incarnent cette “conscience bio”.

Des directeurs de magasin qui doivent respecter “l'esprit bio”

Quelques centaines d'emplois de directeur de magasin, ou directeur adjoint, sont susceptibles d'être créés. Ces emplois concerneront des franchisés qui investissent dans leur propre commerce, à la marque de l'enseigne, et qui exploitent le point de vente.

Il pourra s'agir également de postes salariés pour les magasins qui appartiennent à l'enseigne, ou bien à un franchisé qui possède plusieurs magasins et qui en confie l'exploitation. Pour ces postes, des commerçants ou bien des chefs de rayon expérimentés, diplômés d'un BTS Management des Unités commerciales (MUC), seront de bons candidats.

Un intérêt spécifique pour la valeur conseil des vendeurs

Concernant la vente et la gestion des rayons de ces petites surfaces commerciales, les prérequis en matière de formation sont moins stricts, mais les profils sensibilisés à la bio pourraient faire la différence.

Les candidats devront bien évidemment accepter les contraintes du commerce : horaires décalés, souvent à temps partiel, relation à la clientèle, travail le dimanche… Dans ce cadre, des profils atypiques peuvent émerger. Des connaissances en diététique ou en naturopathie, par exemple, pourraient constituer un atout pour certains magasins.

Des perspectives solides pour la distribution bio...

Pour conclure, rappelons que le marché des produits alimentaires bio est passé de 1,5 milliard d'euros en 2005 à plus de 7 milliards en 2016. Selon l'Agence Bio, la consommation française de produits bio a progressé de 21,7% en 2016, aussi bien dans les magasins spécialisés que dans les grandes surfaces alimentaires.

Une tendance lourde qui accrédite les projections des distributeurs... Penser bio pourrait bien devenir un atout pour son avenir !