En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Les salariés européens prêts à s'adapter à l'évolution de leurs métiers - baromètre Cegos

Les high-tech bouleversent le monde du travail. Automatisation, robotisation et digitalisation… Pour s'adapter aux mutations à venir, les salariés perçoivent la nécessité d'acquérir de nouvelles compétences, selon le baromètre international de Cegos.

Article  |    
Les salariés européens prêts à s'adapter à l'évolution de leurs métiers - baromètre Cegos

Face à l'invasion des high-tech dans le monde du travail, les salariés et les DRH anticipent une nouvelle organisation du travail. La formation professionnelle jouerait un rôle clef dans cette mutation.

C'est ce qui ressort du baromètre international 2018 de Cegos "Transformation, Compétences & Learning", paru en juillet. L'étude s'appuie sur les réponses en ligne de 2.227 salariés et 316 responsables des ressources humaines du secteur privé, issus de 5 pays européens : France, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie et Espagne.

Sous l'effet des mutations technologiques, les DRH anticipent d'abord l'émergence de nouveaux métiers (53%), puis des créations d'emplois (45 %) et la disparition de certains métiers (28%). Un bouleversement dans l'organisation du travail qui pourrait entraver la capacité d'une entreprise à se transformer ou à se développer, si des coméptences clés venaient à manquer. Cette crainte a déjà incité 87 % des DRH à entamer une réflexion sur l'impact des évolutions technologiques dans l'organisation de leur entreprise.

Pour répondre à ce nouvel enjeu crucial de compétences, la formation est perçue comme un levier stratégique pour 93 % des DRH. Avec quelles compétences à la clef ? Pour M. Bourdat, Manager de l'Offre et de l'Expertise Formation chez Cegos, “l'emploi du futur, qu'il soit salarié ou non, mobilisera à la fois des expertises pointues, une culture technique permettant de comprendre la logique et les besoins des autres acteurs du système, et des compétences transverses : culture générale, compétences sociales et situationnelles”.

Pour les DRH interrogés, développer ce type de compétences passe d'abord par des formations en présentiel (60 %) et l'accompagnement d'un tuteur ou formateur (41 %). Sans oublier la transmission entre pairs (52 %), une méthode aujourd'hui bien intégrée dans l'ingénierie moderne de formation. La méthode e-learning leur apparaît moins convaincante : seulement 32 % des DRH la jugent efficace.

Quant aux salariés européens, ils affichent un réel volontarisme pour s'adapter aux évolutions technologiques. Selon le baromètre de Cegos, ils sont non seulement prêts à se former par eux-mêmes (95 %), mais aussi hors de leur temps de travail (79 %). Une majorité d'entre eux (53 %) accepterait de financer eux-mêmes leur formation.

Pour acquérir les compétences adéquates, les salariés misent davantage que les DRH sur le mode ATAWAD : “any time, anywhere, any device”. De fait, aux côtés de la formation en présentiel (61 %) et de l'accompagnement tutoré (48 %), les salariés misent sur l'accès à des ressources en ligne (47%).

Partagez sur…