En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Assurance : les profils en Environnement qui intéressent les assureurs

Les profils en Environnement intéressent les compagnies d'assurances. Le champ d'intervention des assureurs s'élargit à la maîtrise des risques environnementaux et technologiques. Voici les métiers qui se spécialisent dans le secteur.

Article  |  QHSE  |    
Assurance : les profils en Environnement qui intéressent les assureurs

Dans un contexte d'accroissement des risques environnementaux (inondation, tempête…), et de responsabilité accrue des entreprises quant à leurs effets sur l'environnement (pollutions, accidents…), le champ d'intervention des assureurs s'élargit. Une tendance forte qui justifie, de leur part, des recrutements spécialisés issus des secteurs de la maîtrise des risques et de l'Environnement.

Des recrutements d'autant plus stratégiques que la profession des assureurs doit satisfaire au régime prudentiel Solvabilité 2, entré en vigueur le 1er janvier 2016, et qui prévoit la maîtrise des risques de toutes natures, y compris extra-financiers, pouvant affecter leur activité. Les risques consécutifs à l'Environnement, ou ayant un impact sur l'Environnement, en font partie.

L'étude annuelle de Page Group sur les rémunérations 2017, parue le 19 octobre, souligne la prise en compte du risque environnemental par les assureurs. Une évolution de nature à faire émerger des profils spécifiques, détaillés par Guilhem Jeannin, Manager Executif Senior Banque & Assurance chez Michael Page :

• l'ingénieur préventionniste, qui a la charge d'évaluer en amont les risques encourus. Ingénieur de formation, il a d'abord exercé sur les risques opérationnels dans les assurances ou au sein de grands comptes clients. Il intervient fréquemment pour des clients des secteurs de l'industrie, du BTP et du transport-logistique. Rare sur le marché, il peut prétendre à des rémunérations attractives.

• le risk manager, qui a pour mission d'identifier et de quantifier tous les risques liés à une activité, par exemple les risques environnementaux. Il s'appuie sur des évaluations et des études poussées, menées pour chaque client. Ce préalable lui permet d'établir le risque couvert et le montant des primes d'assurance. Le risk manager détient de solides compétences en gestion des risques. Sa formation initiale peut être soit technique (profil ingénieur), soit commerciale (de type Ecole de Commerce avec un parcours en audit externe), soit juridique.

• le gestionnaire risques techniques, qui gère le suivi et l'exécution des contrats sur les risques spéciaux, tels que technologiques ou environnementaux. Généralement diplômé en assurances, il a acquis une compréhension fine des sinistres couverts grâce à son expérience professionnelle.

• l'auditeur interne, qui se charge de vérifier que les règles et procédures de la compagnie d'assurances soient respectées. Issu d'école de commerce, il provient généralement du secteur de l'audit externe, notamment via les acteurs majeurs du secteur : Deloitte, EY, KPMG, PwC, Mazars.

Si le métier d'assureur demeure un métier traditionnel, avec des postes aux contours bien établis, l'élargissement des risques couverts ouvre des opportunités pour de nouveaux profils. La prise en compte des risques technologiques et environnementaux est particulièrement notable.

Étude annuelle Page Group sur les rémunérations 2017
 

Partager