En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Emploi-Environnement

Les abeilles s'invitent au programme des étudiants de l'université à Toulouse

Le projet APIcampus de l'université Paul Sabatier, à Toulouse, associe start-up, chercheurs, étudiants et doctorants autour des abeilles. La high-tech s'introduit dans les ruches du campus à des fins pédagogiques et d'innovation.

Article  |  Biodiversité  |    
Les abeilles s'invitent au programme des étudiants de l'université à Toulouse

À Toulouse, les abeilles bouleversent les programmes des étudiants. Dans le bosquet arboré du campus Paul Sabatier, 5 ruches vont s'ajouter en avril 2018 à la cinquantaine de ruches déjà existantes.

Les étudiants en M2 au service de la science des abeilles

Les ruches seront équipées de capteurs, conçus par une promotion d'étudiants en Master 2 et la start-up toulousaine BeeGuard. Ces capteurs mesureront de multiples paramètres environnementaux : comptage entrées-sorties dans la ruche, niveau de pollution, données météorologiques…

Autant de données qui seront mises à disposition des chercheurs et enseignants-chercheurs pour des projets scientifiques et pédagogiques. En particulier, les chercheurs du Centre de Recherches sur la Cognition Animale (CRCA), en charge du rucher d'accueil, pourront mieux comprendre le comportement des pollinisateurs en milieu urbain.

Les étudiants-ingénieurs qui ont conçu les capteurs seront évalués lors de leur projet tutoré en février, dans le cadre de leur formation en Master 2 Systèmes et Microsystèmes Embarqués (SME). Pour les promotions à venir du M2 SME, l'objectif sera de développer de nouveaux capteurs afin d'enrichir le suivi de chaque ruche : pollen récolté, parasites présents...

APIcampus, un projet qui dynamise l'innovation à l'université

L'intégration des 5 nouvelles ruches s'inscrit dans le projet APIcampus de l'Université Paul Sabatier, lancé le 13 décembre 2017 et qui se déploiera sur les 5 prochaines années. APIcampus ambitionne de décloisonner le monde universitaire et de créer un lieu d'expérimentation in-vivo, annonce Nathalie Del Vecchio, coordinatrice du projet et maître de conférences en Gestion. Une ambition qui passe par la mise en réseau de la formation, l'innovation et la recherche.

Autre volet du projet : sensibiliser les usagers du campus aux actions en faveur des insectes pollinisateurs. Créer des abris et des nichoirs, installer des pièges à frelons, ou planter des arbres et des fleurs mellifères… sont déjà à l'ordre du jour.

Fin janvier, un 1er chantier de plantation participatif sera lancé, qui sera coordonné par un jeune volontaire en service civique. Par ailleurs, 2 doctorants de l'Université organiseront ateliers et conférences tout au long du projet. Objectif : faire découvrir le métier d'apiculteur et ses savoir-faire.

Partenaires du projet APIcampus : le CRCA (unité mixte de recherche université Toulouse III – Paul Sabatier / CNRS, UMR 5169), la startup BeeGuard, le Crous de Toulouse-Occitanie, l'association Arbres et Paysages d'Autan 31, et le Service Gestion et Exploitation (SGE) du rectorat de l'académie de Toulouse.

Partager